Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec l'embargo russe, des grands perdent et des émergents gagnent

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Alexander NEMENOV/AFP

Photo: Alexander NEMENOV/AFP

Le retournement de bâton se fait sentir, et ça a été cherché. L'Allemagne, pourtant réticente à vouloir sanctionner la Russie sur la crise ukrainienne, a rejoint ses partenaires européens et les États-Unis sur ce point. Par conséquent, Moscou fait un embargo sur les produits alimentaires occidentaux, en guise de réponse.

Chute des exportations, dépendance énergétique

En tout cas, on comprend de plus en plus pourquoi Berlin se montrait mesuré pour des sanctions économiques car il peut y perdre beaucoup dans cette affaire. En effet, l'Office fédéral des statistiques allemand indique que sur les 5 premiers mois de l'année 2014, les exportations allemandes à destination de la Russie ont chuté de 15%. Une chute continue depuis mai 2013, mais vertigineuse car l'institut de statistiques explique que ce plongeon des exportations est dû au secteur automobile, avec une baisse des ventes de 22%. Et tout porte à croire que la situation pourrait se dégrader pour l'industrie allemande, qui connait de plus en plus de difficultés à pouvoir s'exporter.

Par ailleurs, l'Allemagne importe davantage de produits russes depuis le début de l'année, et notamment du pétrole et du gaz naturel. Donc, si la Russie élargissait son embargo envers les pays développés sur davantage de biens et services, les industriels allemands en seraient terrifiés, et le gouvernement fédéral également. Mais c'est de bonne guerre quand on cherche à sanctionner. C'est le retour de bâton qui arrive!

Tout à y gagner pour les émergents

Du coup, les pays émergents doivent sauter sur cette occasion. Cela est même "100% positif" du côté de la Turquie, qui veut rééquilibrer sa balance commerciale avec la Russie. Puis c'est un renforcement de relations entre pays qui ont des rivaux communs, comme c'est le cas pour la Russie et l'Argentine. Moscou et Buenos Aires ayant des tensions avec Washington, le proverbe "mes ennemis de mes ennemis sont mes amis" semble avoir de beaux jours devant lui. Tout comme de l'entraide, du donnant-donnant entre Moscou et Le Caire par exemple. L'Égypte comptant offrir de plus en plus de produits alimentaires à destination de la Russie et en échange, Moscou donnerait un précieux coup de main pour la construction d'un nouveau canal de Suez.

Commenter cet article