Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le passéisme a le vent en poupe en Europe

Publié le par JoSeseSeko

Photo: AFP

Photo: AFP

L'extrême-droite en Europe monte en puissance. Après le succès du Front national aux européennes en France, les partis d'extrême-droite connaissent des scores élevés dans des pays considérés comme épargnés jusqu'alors, la Suède et l'Allemagne.

Blocage pour une nouvelle majorité en Suède

Du côté de Stockholm, le parti d'extrême-droite Démocrates de Suède (SD), dirigé par Jimmie Åkesson, a obtenu 13% des suffrages exprimés durant les élections législatives du dimanche 14 septembre, plus que doublant son score de 2010 (5,7%), lui permettant d'être le troisième parti politique suédois. Et surtout, il masque la victoire des sociaux-démocrates. Ces derniers, ayant eu 31,2% des voix, ne peuvent faire de majorité avec les autres partis de gauche (les Verts, le Parti de gauche qui ont respectivement 6,8 et 5,7% des voix), et pourraient être contraints de former une coalition avec le parti de droite qui gouvernait jusqu'à présent, à savoir, le Parti du rassemblement modéré, ayant eu 23,2% des voix.

Ultraconservatisme croissant en Allemagne

Ce même dimanche a vu des élections régionales dans deux länder allemands, Thuringe et Brandebourg. Ces länder de l'Est du pays ont vu une victoire des deux grands partis allemands, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) à Thuringe et le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) au Brandebourg. Mais ce qui marque, c'est que le parti Alternative pour l'Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD), ultraconservateur, "eurosceptique", y a réalisé des scores à deux chiffres alors qu'il n'existe que depuis 1 an. Ce qui est tout bonnement sidérant.

 

Soit dit en passant, dans ces länder de l'Est, il n'est pas étonnant de voir des scores élevés pour la coalition de gauche radicale Die Linke. Néanmoins, la crainte est que Die Linke ne soit marginalisé à l'avenir, notamment en raison de l'inimitié que lui porte le SPD, alors qu'une majorité de gauche pourrait se faire, comme au moment des élections fédérales de 2013.

Pour finir, même le parti néo-nazi allemand qu'est le Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) commence à monter en puissance. C'est dire si le passéisme est devenu une dangereuse mode en Europe!

Commenter cet article