Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bisbille inutile au Front de gauche?

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Maxppp

Photo: Maxppp

La polémique a enflé durant la journée du 6 mars entre Clémentine Autain et Jean-Luc Mélenchon, à propos du meurtre de Boris Nemtsov, opposant du président Vladimir Poutine.

Voilà une polémique qui enfle, et dont ce serait bien passé le Front de gauche. Dans une interview accordée au journal Libération ce vendredi, Clémentine Autain, leader du parti Ensemble!, une des composantes du Front de gauche (FG), coalition de gauche radicale en France, reproche à Jean-Luc Mélechon, fondateur du Parti de gauche, d'avoir une position trop défensive envers Vladimir Poutine, et que cette position soit vue comme unique au sein du FG, comme l'atteste son tweet sur le sujet:

 

Hauteur de vue

L'origine de tout ça est un article de Jean-Luc Mélenchon sur son blog, deux jours auparavant. Il y explique son point de vue au sujet de l'assassinat de Boris Nemtsov, à Moscou, le vendredi 27 février dernier. D'abord, il revient sur la personalité de Nemtsov, un libéral présenté comme "ami de lal liberté", alors que dans les années 90, ce proche de Boris Elstine avait préparé les privatisations qui n'ont profité qu'à une oligarchie russe, qui gravite toujours autour du Kremlin, auprès de Vladimir Poutine cette fois. Et il vient à dire que "la première victime POLITIQUE de cet assassinat est Vladimir Poutine." En effet, aussitôt la nouvelle répandue, le déferlement médiatique occidental s'est organisé contre le président russe, présenté en autocrate, en tueur, en monstre machiavélique, etc.

Bref, une diabolisation continue depuis les événements en Ukraine. D'ailleurs, l'eurodéputé indique combien cette mort tombe très mal pour le pouvoir russe. Déjà l'endroit, sur la place Rouge, près du Kremlin, et à un moment où la Russie est considérée comme fauteuse de troubles en Ukraine, notamment à l'est du pays, du côté de Donesk. Et pourtant, ce ne serait pas le seul pays fauteur de troubles. Les États-Unis se mêlent de près à cette guerre de Sécession européenne, tout en empêchant (directement ou indirectement) toute puissance non-américaine de développer des relations avec des pays dont Washington est en froid, comme Cuba par exemple. Ce qui m'amène à penser que la doctrine Truman (1946) ne modifie qu'à moitié la doctrine Monroe (1823) puisqu'elle considère toujours comme "chasse gardée", les Amériques, et se permet désormais d'interférer dans les relations diplomatiques entre pays d'autres continents.

Polémique puérile

Toujours est-il que du côté du Front de gauche, cette polémique relance des dissensions internes à la coalition, alors que les élections départementales pointent le bout de nez. Néanmoins, Clémentine Autain confirme la méfiance qu'a le FG envers le discours établi au sujet de l'Ukraine et de la Russie, discours ô combien simpliciste et mensonger, puisque ça évite de parler de l'extrême-droite ukrainienne qui joue les va-t-en guerre, existant ainsi les séparatistes pro-russes, et éviter dire que c'est une Russie qui cherche à résister face à une expansion géographique de l'OTAN, organisation sous contrôle états-unien depuis 1949 et qui donc perdure malgré la fin de la guerre froide et de la chute de l'URSS, jusqu'à ses frontières.

Bref, le manichéisme qui veut: "méchants russes vs gentils ukrainiens", basta!

Commenter cet article