Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La révision de la Shoah selon Netanyahou

Publié le par JoSeseSeko

Photo: AFP

Photo: AFP

Dans une nouvelle éruption de violence entre israéliens et palestiniens, Benyamin Netanyahou en rajoute une couche en donnant une autre lecture de la Shoah, rendant moins coupable Adolf Hitler.

Quelque part, même les négationnistes antisémites n'auraient pas osé faire une telle déclaration. Mardi 20 octobre, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, réélu depuis mars dernier à ce poste grâce au soutien de l'extrême-droite israélienne, a expliqué dans un congrès sioniste que Haj Amin al-Husseini, grand Mufti de Jérusalem, aurait incité Adolf Hitler à exterminer les juifs d'Europe, durant la seconde guerre mondiale et que ce dernier voulait juste les exiler en Palestine. Un sacré révisionnisme de la part du leader de la droite israélienne peu avant d'aller en Allemagne pour une visite d'État.

Tensions vives

Cette sortie médiatique tombe au moment où beaucoup de médias occidentaux évoquent une troisième intifada dans les Territoires occupés, surnommée l'intifada des couteaux, car les victimes israéliennes (les victimes palestiniennes semblent peu compter alors qu'elles sont plus nombreuses) sont tuées à coups de couteaux par des Palestiniens révoltés. Et de plus en plus jeunes qui plus est! Cela traduit combien l'impossible processus de paix et le respect des frontières de 1967 ne comptent plus de toutes parts. L'Autorité palestinienne, en la personne de Mahmoud Abbas, est impuissante pour canaliser la pression populaire qui est désespérée de voir les choses empirer, avec une colonisation toujours croissante, que laisse faire le gouvernement israélien car l'extrême-droite israélienne a sa place au pouvoir. Ce qui me fait penser qu'un Enrico Macias est hypocrite quand il affirme quitter la France pour Israël si l'extrême-droite française arrivait au pouvoir en 2017.

En tout cas, Netanyahou, avec ses méthodes de voyou impérialiste à qui on ne doit pas chercher des poux, a droit de cité comme durant la (pathétique) marche du 11 janvier, alors qu'il se montre bel et bien antisémite (les Arabes sont aussi sémites que les Juifs). Et cela prouve combien les politiciens actuels en Occident sont de plus en plus ignares, se permettant même d'insulter l'Histoire. Mais avec les réseaux sociaux, ça ne pardonne plus et ça remet à sa place, à juste titre pour le coup. En voici un exemple de tweet suite aux propos de Netanyahou.

Un extrémisme aliénant

Le moins que l'on puisse dans cette affaire, c'est que Netanyahou aura réussi à se mettre les chercheurs sur la Shoah à dos, d'autant plus qu'il est fils d'historien. Ainsi, la professeure Dina Porat, historienne au mémorial Yad Vashem Holocaust de Jérusalem déclare: "Vous ne pouvez pas dire que c'était le mufti qui donna à Hitler l'idée d'exterminer ou de brûler les Juifs." Et bien sûr, les réactions politiques n'ont pas tardé. Celle de l'opposant travailliste (centre-gauche) Isaac Herzog en premier lieu: "C'est une dangereuse distortion historique et j'exige que Netanyahou se rectifie immédiatement tant il minimise l'Holocauste, le nazisme et... le rôle d'Hitler dans le terrible désastre de notre peuple." Mais c'est surtout du côté de la gauche radicale israélienne que c'est virulent. La présidente du parti Meretz, Zehava Galon, ne mâche pas ses mots: "Ce n'est pas un speech de Jörg Haider (leader de l'extrême-droite autrichienne mort en 2008, ancien gouverneur de la Carinthie, NDLR). Cela ne vient pas d'Abbas. C'est une citation réelle du Premier ministre Israélien Benyamin Netanyhou. [...] Ceux qui ne peuvent pas changer le futur sont partis réécrire le passé." Ayman Odeh, leader de la coalition entre le Parti communiste israélien et les partis arabes israliéns lui emboite le pas: "Netanyahou est en train de réécrire l'histoire pour inciter les Israéliens contre les Palestiniens.  Les victimes du monstre Nazi, parmi elles des millions de Juifs, sont devenues la propagande bon marché afin de rejeter la paix. Netanyahu démontre chaque jour combien il est dangereux pour les deux peuples et jusqu'où il est enclin à aller cimenter sa règle et justifier ses politiques désastreuses."

Ce que pointe le meneur de la gauche radicale israélienne, c'est quelque part combien la Shoah peut être utilisée pour justifier une politique monstrueuse, quitte à se demander si "le David enfant est devenu Goliath", comme le chantait le groupe de rap IAM dans les années 1990. Et dans ce cas, Netanyahou peut s'estimer soutenu par une partie de plus en plus extrémiste et aliénée de la population, taxant d'antisétimisme ou de "torchon anti-Israël" (déjà arrivé par ici). Finalement, les mères continueront de pleurer leurs enfants, qu'ils soient Isréaliens ou Palestiniens et à provoquer du gâchis.

Commenter cet article