Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mort de Jean-Christophe Victor, créateur de l'émission "Le dessous des cartes"

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Capture écran Arte (Le dessous des cartes)

Photo: Capture écran Arte (Le dessous des cartes)

Jean-Christophe Victor, expert en géopolitique et créateur de l'émission "Le Dessous des cartes" sur Arte, est mort mercredi 28 décembre, à l'âge de 69 ans.

L'année 2016 se termine comme elle a commencé, par les annonces de décès. Il y a des personnalités du cinéma, qui tombent les unes après les autres (Carrie Fisher, Michèle Morgan, Claude Gensac, Debbie Reynolds), mais la sphère intellectuelle n'est pas épargnée non plus. Jean-Christophe Victor n'est plus de ce monde depuis le mercredi 28 décembre (cf liens n°1 et 2). Et ce, alors qu'il avait publié en septembre dernier, aux éditions Tallandier, le livre le Dessous des cartes Asie, sur un continent qu'il connait tout particulièrement, pour y avoir voyagé et analysé les cartographies depuis plusieurs décennies. Docteur en ethnologie et diplômé en chinois à l'Institut national des langues et civilisations orientales, il était le fils de Paul-Émile Victor, ethnologue, scientifique et explorateur français qui s'était rendu à plusieurs reprises en Arctique et en Antarctique au cours du XXe siècle.

Recherche du savoir, du vrai

Dans son travail scientifique, Victor était connu pour avoir fondé en 1989 le Laboratoire d'études politiques et d'analyses cartographiques (Lepac), un cabinet indépendant fournissant des expertises en matière de géopolitique mais aussi un enseignement qui mêle la géographique, la politique, l'histoire, l'économie, la cartographie, l'ethnologie, la prospective. Une telle interdisciplinarité de la part du Lepac qui devrait inspirer bon nombre d'universités françaises et de disciplines, qui s'enferment volontiers dans un dogmatisme dangereux.

Cette ouverture vers d'autres disciplines s'inscrit dans un souci de recherche du savoir, du vrai. Dans des interviews accordées à Libération et France Culture dans le cadre de son dernier livre (cf liens n°3 et 4), il critiquait fortement les pratiques de Google et de son application Google Maps, qui se montrent arrangeantes sur les frontières en fonction du pays auquel le géant de l'information s'adresse. Et tout particulièrement au sujet de la cartographie de la Chine, qu'il connait bien, ainsi que de l'Inde et du Pakistan, sur la question du Cachemire. Il reproche à Google de mentir sur les cartes qu'il fournit car elles ne se réfèrent pas à celles de l'Organisation des nations unies, qui publient "depuis 1946 des cartes qui font référence", déclarant même que les membres de Google "s'en foutent" (sic).

L'incarnation d'Arte

Mais ce dont le grand public retiendra sans doute de lui, c'est l'émission "Le Dessous des cartes", qu'il a créée en 1990 sur La Sept, devenue Arte. Cette émission de vulgarisation de la géopolitique est devenue un symbole de la chaîne publique franco-allemande dans son objectif d'apporter du savoir aux citoyens. Dans un communiqué, la présidente d'Arte France, Véronique Cayla, salue Victor à travers "son intégrité, sa passion pour transmettre et faire comprendre simplement les sujets les plus complexes". De même que sur Twitter, la chaîne rappelle combien il a incarné son émission depuis 26 ans.

Hommages multiples

Forcément, cette disparition suscite de l'émoi. Notamment pour Pascal Boniface. Le directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques déplore la perte d'un "seigneur intègre avec la transmission du savoir comme passion". Tout comme Jamy Gourmand et Nicolas Hulot témoignant leur tristesse face à la perte d'un "modèle".

Des youtubeurs ne cachent pas leur tristesse et comptent lui rendre hommage. Par exemple, Le Joueur du grenier pourrait envisager de faire une vidéo spéciale dans les prochains jours.

Et ce, d'autant plus que Le Joueur du grenier s'est grandement inspiré du "Dessous des cartes" pour faire deux séries de vidéos sur le jeu de stratégie Civilization, dont la deuxième est en cours, basée sur le jeu Civilization VI, sorti en octobre 2016.

Enfin, chers lecteurs, je veux en profiter pour rendre hommage à Jean-Christophe Victor et à son style factuel, penché sur l'histoire, la géographie, qui peut servir de référence au niveau journalistique, sans avoir à prendre parti. D'ailleurs, pour donner une illustration, voici un "Dessous des cartes" datant de 2012 sur la guerre en Syrie, qui perdure depuis 2011, relatant l'histoire de la Syrie jusqu'au moment de cette guerre actuelle, où il essaye de donner des raisons à ce conflit. En tout cas, le proverbe "les meilleurs partent toujours les premiers" se vérifie (hélas) une fois de plus.

Commenter cet article