Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'argent ne fait pas le bonheur. Au contraire, il est destructeur

Publié le par JoSeseSeko

L'argent ne fait pas le bonheur. Au contraire, il est destructeur

Article rédigé sur mon ancien blog le 28 juillet 2012:

Ce vieux dicton "l'argent ne fait pas le bonheur" mérite qu'on s'y arrête de près. La majorité (aliénée) considère quand même qu'il y contribue, se plongeant dans une fausse réflexion et aggravant ainsi son mal-être sur cette convention sociale qu'est l'argent, comme le pensait déjà Diogène le Cynique en son temps.

Je me souviens qu'au début de mon deuxième semestre de L3 économie en janvier dernier à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le professeur d'amphi d'Histoire de la Pensée Économique nous raconta une petite anecdote de sa période d'étudiant. Il a assisté à l'un des cours d'amphi de Jacques Lacan, l'un des psychanalystes les plus importants du siècle dernier, connu pour avoir élargi la psychanalyse de Sigmund Freud, etc. Lacan invitait parfois des personnalités du monde de l'entreprise dans ses cours et une fois, l'un de ces participants marqua les esprits car il était un dirigeant d'entreprise, par conséquent ayant plusieurs revenus très élevés, mais demeurant profondément malheureux, voire dépressif! Lacan explique à ses étudiants cela par le fait que la fonction économique ne fait pas tout et que l'argent gangrène les relations sociales, pouvant entraîner ainsi une grande solitude.

Ce genre d'expérience faite dans un domaine autre que la science économique (psychanalyse ici), est source de conséquences pour la science économique puisque cela contredit l'économie néo-classique, qui se base sur le bien-être individuel et non le bien-être collectif et que la course à la richesse, source d'inégalités, mène à la corruption de l'esprit humain, à son inaction, à un conformisme verrouillant toute possibilité d'amélioration pour tous. On associe parfois ambitions et revenus. Mais c'est assez trompe-l'oeil vu que les responsabilités doivent avoir un outil commun, égal pour exister. Ce qui différencie, c'est la qualité de la responsabilité en question. Donc, la différenciation des revenus se fait sur le jugement de la qualité de la responsabilité, ce qui est très subjectif quand même! De plus, quand on s'élève socialement, c'est soit parce qu'on était déjà à un niveau social élevé, soit parce qu'on a suivi un mode de production qui ne prend pas en compte la synergie collective, et donc, crée des dégâts collatéraux, parfois réparables, parfois irréversibles, pouvant provoquer de terribles cas de conscience si on est capable d'analyser de manière large et non étroite!

Par exemple, on vous offre un emploi, un revenu, même si ce n'est pas merveilleux, vous le prenez car on ne sait pas de quoi demain sera fait. Pour autant, ça tombe à une période où vous avez prévu quelque chose d'important depuis plusieurs semaines ou mois à l'avance avec vos amis. Donc, c'est soit sacrifier un revenu (consommable et/ou épargnable), soit sacrifier des amis et du temps à passer avec eux, ce qui s'amenuise avec l'âge, soyons francs!


Donc, vous l'aurez compris (j'espère) que l'argent, bien qu'il ait une place de plus en plus légitime de nos jours, mérite d'être pour moi limité, notamment en amont, de telle sorte à garder une cohésion sociale entre les êtres humains de tous les pays, pour limiter notre dépendance puisque quasiment tous nos rapports entre nous tous se font sur cette question monétaire (le plus vieux métier du monde est encore là pour nous le rappeler!), et renforcer l'Humanité qu'il y a en nous! Comme le disait le philosophe Jean-Jacques Rousseau, dont on célèbre le 300ème anniversaire de sa naissance: "On a de tout avec l'argent, hormis des cœurs et des bons citoyens."

Commenter cet article