Une qualification qui ne règle rien

Publié le par JoSeseSeko

Une qualification qui ne règle rien

Hier soir, donc le 19 novembre, l'équipe de France de football a réussi à battre l'Ukraine 3-0, après avoir été battue 0-2 au match aller, se qualifiant ainsi pour la coupe du monde qui aura lieu au Brésil, en juin 2014. En outre, les buteurs français étant Mamadou Sakho et Karim Benzema, ça fera grincer les dents d'un Front National passéiste, qui doit avoir la gueule de bois vu qu'il s'agit de français d'origine africaine (Maghreb + Afrique subsaharienne) qui ont sauvé le foot français, éloignant le spectre de la Bulgarie de 1993.

En tout cas, ça offre un peu de répit à François Hollande, qui en a besoin pour redorer son blason bien écorné depuis le début de l'année 2013.

Mais calmons vite cette joie, qui est par nature de courte durée. Cette qualification in extremis permet de sauver quelque peu la Fédération française de football (FFF) avec les contrats de ses partenaires (Nike, BNP Paribas, Citroën, etc.) qui arrivent à échéance en juin prochain -pour certains d'entre eux-. L'enjeu (économique) valait bien plus que le jeu, mais c'est comme ça dans le foot-business d'aujourd'hui. En outre, la chaine de télé TF1 en aurait vraiment voulu aux bleus s'ils s'étaient fait éliminer, avec une perte d'audimat assurée mais le quotidien l'Équipe l'aurait très mal vécu également. Enfin, si les bleus ont été appliqués, sérieux, déterminés et combatifs, c'est bien la 1ère fois depuis 2006 (et encore, je me demande si j'exagère) que ces adjectifs cités tantôt correspondent à un match de l'équipe de France. D'où la question de la constance, de la continuité, qui est un problème chronique dans la France du sport, plutôt dans la réaction, le sursaut d'orgueil minimal, pas seulement pour le foot (demandez un peu aux rugbymans français). Donc, on peut s'attendre au pire durant la coupe de monde et vu le parcours sportif de celle de 2010 en Afrique du Sud, il y a de quoi devoir rester vigilent.

Pour finir, cette qualification plonge les supporteurs dans l'amnésie totale envers l'équipe et certains joueurs qui la composent, surtout si on rappelle que certains joueurs, étant dans certains clubs à un moment donné, ne se sont pas gênés d'insulter un club ennemi et ses supporteurs et que ces derniers l'ont oublié de leur mémoire (un peu comme les fidèles de la religion chrétienne en Afrique et aux Amériques, tellement aliénés qu'ils ignorent les crimes que l'opium du peuple, allié du Capital, a fait envers leurs ascendants). Bref, "Panem et circenses" ou encore un esprit court-termiste triomphant, empêchant de faire le grand ménage!

Publié dans Sport, Football, France, Économie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article