Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un nouveau "Maximum", distinct de l'ancien

Publié le par JoSeseSeko

Un nouveau "Maximum", distinct de l'ancien

En regardant l'émission "On n'est pas couché", diffusée en direct dans la fin de soirée du 25 janvier 2014, il y eut l'invité politique de l'émission de Laurent Ruquier, Pierre Larrouturou, économiste, ancien membre du Parti socialiste, actuellement au pouvoir avec François Hollande, qu'il a quitté pour fonder un autre parti, Nouvelle Donne. Cela se veut comme une référence au président états-unien Franklin Roosevelt qui lança dans les années 30 la politique du "New Deal", avec une intervention publique poussée, une réforme fiscale basée sur la progressivité de l'impôt, qui a relancé l'activité économique d'un pays saigné par la crise de 29 et la Grande Dépression qui s'en suivit.

Sur la fin de l'interview, Larrouturou évoque qu'il veut limiter le rapport salarial de 1 à 50 entre le salaire le plus haut et celui le plus bas. Donc, autrement dit, il veut créer un Maximum salarial. Mais il n'est pas le premier à penser ainsi. Déjà, durant l'élection présidentielle, le Front de Gauche, par la voix de son candidat, Jean-Luc Mélenchon, proposait une mesure semblable, et même plus radicale encore puisqu'il parlait d'un écart salarial de 1 à 20!

Toujours est-il que l'idée d'un nouveau "Maximum" fait son chemin dans les partis à la gauche du PS, qui se revendiquent du socialisme. Mais pourquoi j'écris "nouveau"? Tout simplement car il y eut un ancien Maximum, et qu'il faut regarder du côté de la Révolution française pour en retrouver la trace. En effet, en 1793, la Convention, sous la domination jacobine (Robespierre, Saint-Just, Couthon, Le Bas, etc.), vota la loi du maximum, sur les prix des denrées alimentaires, pour 3 raisons:

- d'abord, la pression extérieure, où la République était menacée par une coalition des monarchies européennes contre elle, que le territoire commençait à être envahi, inquiétant les habitants des grandes villes.

- ensuite, la pression intérieure, au niveau provincial, avec par exemple le soulèvement de la Vendée, qui risquait de se propager sur l'ensemble de la France.

- enfin, la pression populaire, parisienne, où les ouvriers (sans-culottes) menaçaient de s'insurger en raison d'une flambée des prix du pain, et d'une chute de valeur de l'assignat, papier-monnaie utilisé depuis 1790.

L'efficacité du maximum reste controversée, par-delà le fait qu'il s'agissait d'une intervention étatique forte, semblable au temps de Louis XIV avec Jean-Baptiste Colbert. Toujours est-il que cette loi a calmé au niveau alimentaire les sans-culottes, que l'assignat a retrouvé de la valeur et donné de la crédibilité au Comité de salut public sur cette action économique et sociale.

Commenter cet article