Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réélection de Blatter ou une farce en deux mi-temps

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Fabrice Coffrini

Photo: Fabrice Coffrini

En plein scandale de corruption de dirigeants de fédérations nationales et internationales, la plus grande instance du football mondial, la Fédération internationale de football association (FIFA), a réélu pour un cinquième mandat le Suisse Joseph Blatter, dans des circonstances sidérantes.

Voilà un coup de théâtre digne d'Ubu roi d'Alfred Jarry qui s'est déroulé vendredi 29 mai. Lors de son 65e congrès, la FIFA a réélu Joseph Blatter, après le désistement du prince Ali, unique opposant au président en exercice de l'instance internationale du football, alors que ce dernier venait de pousser Blatter à un second tour puisqu'il n'avait pas eu les 2/3 des voix nécessaires pour être déclaré vainqueur dès le 1er tour. Par ailleurs, une alerte à la bombe avait été signalée au siège de l'instance, à Zurich (Suisse), durant le congrès.

"Le football a perdu"

Cette issue permet à Sepp Blatter de s'en tirer, une fois encore, en restant au sein de cette organisation qu'il a rejoint depuis 40 ans et qu'il préside depuis 1998. Et pourtant, ces dernières années, la FIFA, sous ses différents mandats, ne cesse d'être mise en cause dans la presse, notamment depuis l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, avec des accusations de pots-de-vin ou la construction des édifices avec des méthodes esclavagistes. Mais bon, "Panem et circenses", c'est bien connu.

Mais là, des ruptures se font entre animaux politiques car pour être à la tête d'une telle organisation qui brasse des milliards d'euros de revenus annuels, il faut être un politicien hors pair. Le Français Michel Platini, triple Ballon d'or dans les années 1980 et actuel président de l'Union européenne de football association (UEFA) avait exhorté les présidents des fédérations des pays européens, dont la France avec Noël Le Graët, à voter pour le prince Ali de Jordanie (donc, contre Blatter). En vain. On ne peut que converger avec la pensée du Portugais Lui Figo, Ballon d'or en 2000, à propos de ce résultat: "le football a perdu"

Foot: sport corrompu et bourgeois

Pourquoi en parle-t-on avec insistance ces derniers jours? Car c'est tombé durant la mise en place d'une enquête par la justice états-unienne sur des accusations de corruption, avec l'arrestation de plus d'une dizaines de dirigeants ou anciens dirigeants de la FIFA mercredi 27 mai. Les principales accusations portent sur les attributions des Coupes du monde 2018 (Russie) et 2022 (Qatar), mais aussi sur des tractations douteuses pour l'attribution de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, ou encore la tentative du Maroc pour avoir la Coupe du monde 1998, organisée finalement en France.

En tout cas, cela risque d'être la goutte d'eau qui fait déborder le vase auprès de l'image du sport le plus populaire au monde, qui se targue de ne pas avoir oublié ses racines ouvrières, prolétariennes, alors qu'il s'est transformé en sport bourgeois, suivant parfaitement le changement du mode de production capitaliste depuis les années 1980, dont les rémunérations s'envolent grâce au soutien niais des supporters-consommateurs, à qui les dirigeants des instances internationales doivent au fond leur carrière. Jules Rimet, fondateur de la FIFA en 1904 et initiateur de la Coupe du monde en 1930 doit se retourner dans sa tombe (ou pas).

Commenter cet article