Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'est-ce que l'État?

Publié le par JoSeseSeko

Qu'est-ce que l'État?

Le budget de l'État, ainsi que des autres administrations publiques, a été présenté le 1er octobre 2014 par le ministre des Finances, Michel Sapin. Il se veut basé sur une baisse des dépenses publiques, et sur une relative stabilité des prélèvements obligatoires, après un début de mandat marqué par une imposition croissante de la part du gouvernement socialiste, notamment au niveau de l'impôt sur le revenu, une ressource encore perfectible, 100 ans après sa création.

Mais il se pourrait bien que la Commission européenne soit contre, et en appelle au pouvoir exécutif français de réduire davantage les dépenses publiques, pour rentrer dans les clous de déficit public autorisé.

Un État austéritaire

Une accélération des coupes budgétaires signifierait par conséquent une accélération de l'austérité du côté de Paris. Et si le gouvernement ressort l'argument "ce n'est pas moi, c'est l'autre", comme l'a fait le Premier ministre Manuel Valls, dans son discours de politique générale, c'est dire si on cherche à enfumer car le gouvernement a accepté, de facto, l'austérité.

Or, en réduisant les dépenses publiques, on réduit une composante de la demande globale. Et vu que la demande privée n'est pas plus à-même de compenser, bien au contraire, cela renforce la dynamique déflationniste qui menace la France et l'Union européenne, mais également une envolée de la dette publique réelle, comme l'avait analysé l'économiste États-unien Irving Fisher dans les années 30.

Retour à l'État au service particulier

Mais comme l'État, au sens strict du terme, est peu dépensier, ce qui explique surtout le déficit public actuel, auquel les économistes libéraux, tenant de l'orthodoxie économique, veulent réduire à tout prix, c'est la politique sociale. Et pour eux, comme pour les sociaux-libéraux, c'est simple. Il faut en finir avec l'État-providence, avec l'État "stratège", qui a pour mission d'être au service de l'intérêt général. Il faut que l'État redevienne seulement un État régalien, qui se contenterait de fournir une législation du marché, et qui le laisserait faire dans la pratique, comme ce fut le cas durant le XIXe siècle.

Ce faisant, ces penseurs libéraux renforcent la conviction des socialistes "historiques" (pas des sociaux-libéraux qui détournent le Parti socialiste vers un parti de marché) et des anarchistes, pour qui l'État est l'expression violente et légitime de la classe dominante, à savoir la bourgeoisie, face au prolétariat. Ce n'est pas un hasard si ces courants se sont mis d'accord pour que l'État cesse d'exister, une fois la lutte des classes entre travailleurs et capitalistes terminée. Néanmoins, ils restent en désaccord sur la durée de mise à mort de l'État. Une faille qui sert la classe dominante et ses représentants au sein des institutions pour discréditer les mouvements qui s'opposent à elle, ou pour les soudoyer.

Commenter cet article