Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Froome et les autres

Publié le par JoSeseSeko

Froome et les autres

Le coureur britannique demeure le grand favori pour le Tour 2017, mais il semble être plus à la peine que les années précédentes. Est-ce que les concurrents, notamment Nairo Quintana, Fabio Aru et Romain Bardet sauront saisir l'occasion? Les trois prochaines semaines le diront.

C'est aujourd'hui, samedi 1er juillet, que le Tour de France part de... Düsseldorf, en Allemagne. Cette 104e édition du Tour est marquée par l'utilisation des cinq massifs montagneux français - dans l'ordre du parcours, les Vosges, le Jura, les Pyrénées, le Massif Central, les Alpes -, ce qui est une première depuis 1992, et cette année-là, le Tour était gagné par l'Espagnol Miguel Indurain, confirmant sa victoire sur le Tour 1991. D'ailleurs, la première explication entre favoris ne va guère tarder, avec l'étape Vittel-La Planche des Belles Filles le 5 juillet prochain.

Froome invincible?

Le grand favori de ce Tour 2017 est sans contexte Christopher Froome. Triple vainqueur de l'épreuve et surtout, tenant du titre, le coureur britannique est logiquement celui qu'il faut combattre dans l'ensemble du peloton. Du moins au début car s'il assomme vite la course, ses adversaires se contenteraient vite de se battre pour la place de deuxième du classement général. Mais cette année, la donne pourrait être changée. En effet, Froome n'est pas aussi invincible qu'il ne l'était ces dernières années dans les courses d'une semaine qui lui servaient de préparation au Tour de France. Par exemple, il n'a gagné le Critérium du Dauphiné libéré, alors que ses victoires dans cette course par étapes d'une semaine préfigurait sa victoire au Tour en 2013, 2015 et 2016. Il sera bon de voir si Froome en tirera une motivation supplémentaire pour se rattraper, ou pas.

La concurrence à l'affut

Du coup, les rivaux de Froome sont à l'affut pour profiter de la moindre erreur du coureur et de l'équipe Sky, pour vouloir décrocher le maillot jaune sur les Champs-Élysées. Le principal rival de Froome est Nairo Quintana. Le Colombien de l'équipe Movistar, deuxième en 2013 et 2015, troisième en 2016, est celui qui menace le plus Froome par-delà ses capacités en montagne (pur grimpeur), mais aussi par la puissance de son équipe (Movistar), la plus-à-même de rivaliser avec celle de Froome. Néanmoins, Froome semble avoir un ascendant psychologique sur Quintana en raison de ses victoires sur le Tour et puis, le coureur colombien est sorti d'un Tour d'Italie où il a échoué dans sa quête de victoire face au Néerlandais Tom Dumoulin. Aura-t-il digéré cet échec au Giro pour devenir le premier colombien à triompher au Tour? Telle est la question.

Parmi les autres postulants pour renverser Froome figurent l'Italien Fabio Aru et le Danois Jacob Fuglsang, co-leaders dans l'équipe Astana, l'Espagnol Alberto Contador, ancien vainqueur du Tour (2007, 2009), de l'équipe Trek-Segafredo, ou encore l'Australien Richie Porte de l'équipe BMC. Ce dernier, qui a été longtemps coéquipier de Froome chez Sky, semble de plus en plus s'affirmer dans la peau d'un leader et d'un adversaire coriace, même s'il donne encore l'impression de servir son ami Froome par moments. En tout cas, sa deuxième place au Dauphiné libéré (derrière Fuglsang, vainqueur surprise) fait de lui un coureur à surveiller pour Froome et l'équipe Sky.

Bardet, l'espoir français

Du côté du cyclisme français, les espoirs sont concentrés sur Romain Bardet. De par sa deuxième place en 2016, le grimpeur d'AG2R-La Mondiale fait partie des rivaux de Froome postulant pour la victoire finale. Mais vu le profil un peu moins montagneux que l'an dernier, pas sûr que Bardet soit dans les bonnes dispositions pour pouvoir gagner le Tour, ni même figurer sur le podium final, sauf si la chance intervient pour lui, avec une équipe dévouée pour son leader. Mais ses qualités de grimpeur et de descendeur en font un coureur redouté par le reste du peloton.

Bardet sera, a priori, le seul coureur coureur français à jouer le classement général. Thibault Pinot, quant à lui, se concentre sur des victoires d'étape et le maillot à pois de meilleur grimpeur, estimant qu'après avoir terminé quatrième d'un Giro réussi, le coureur de la FDJ préfère être mesuré dans ses ambitions pour ce Tour-ci. D'autant plus que le Tour de France, lors des années impaires, ne l'a guère réussi jusqu'à présent. Espérons que cette fois-ci, ce sera une bonne édition pour Pinot, en accomplissant les objectifs qu'il s'est fixé.

Commenter cet article