La lutte des classes est-elle finie?

Publié le par JoSeseSeko

La lutte des classes est-elle finie?

Ouvrons 2014 sur un thème qui parait désuet.

Il est de bon ton de faire dire aux masses que depuis la chute du mur de Berlin en 1989, et par ricochet celle de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) en 1991, la lutte des classes n'a plus de raison d'être, vu que le capitalisme est indépassable et que Karl Marx s'est trompé sur toute la ligne.

Pourtant, cette idée de lutte des classes, théorisée par Marx, reste encore présente chez des esprits ancrés dans la gauche du Parti socialiste, qui ne se revendiquent pas non plus nostalgiques de l'URSS (qui ressemblait davantage à un capitalisme d'État qu'à du socialisme soit dit en passant), mais aussi par des tenants du libéralisme, des bourgeois. C'est même chez ces derniers qu'on remarque la conviction la plus intime qu'il existe une lutte des classes. Un exemple? Warren Buffet, grand milliardaire états-unien, une des plus grandes fortunes mondiales disait ceci il y a quelques années: "Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner". Ça a le mérite d'être clair! Et statistiquement, c'est la tendance générale dans les pays développés qui connaissent pourtant une crise, la plus grave depuis 1929. Mais la crise s'applique sur beaucoup de personnes, pas pour d'autres qui peuvent même crier sur les toits "vive la crise"!

Pour enfoncer encore plus le clou, vu que l'économie mondiale connait une nouvelle phase de mondialisation depuis les années 1980, avec un développement du libre-échange impulsé par le GATT devenu ensuite l'OMC (Organisation mondiale du commerce), une des observations les plus générales (des subtilités subsistent tout de même) est que le développement du commerce international est au désavantage des prolétaires dans les pays développés, et par opposition, désavantageux aux bourgeois des pays en développement. D'ailleurs, le traité transatlantique en cours de négociations, s'inscrit dans le cadre de l'OMC avec une recherche de baisse des tarifs douaniers. Du coup, il y a de quoi se dire que le protectionnisme servira davantage la classe prolétarienne. Cela reste à prendre avec des pincettes vu que cet instrument de la politique économique a un raisonnement conservateur, donc méfiant à l'égard de la taupe révolutionnaire qui pourrait détruire l'ordre établi.

Bref, la lutte des classes est encore bien présente, mais la classe possédante fait tout ce qui est en son pouvoir pour que la classe dépossédée ne le remarque plus, voire même vomisse à l'idée d'évoquer cette notion. Et tous les alliés du Capital sont bons, notamment la religion, encore puissante, et donc encore nuisible à l'émancipation humaine. Ce qui confirme la morale suivante: "il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont"!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article