Un duel au sommet de la F1 entre Hamilton et Verstappen

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Flickr/quintinsmith_ip

Photo: Flickr/quintinsmith_ip

À l'heure de la pause estivale, le suspense reste entier entre Lewis Hamilton (Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull-Honda) et la bataille des nerfs s'intensifie sur et en-dehors de la piste. Ce qui promet de la haute tension pour la deuxième partie de la saison.

Pour la première fois depuis le début de l'ère hybride (2014), hormis peut-être 2017, on peut penser que le suspense est de rigueur en Formule 1 avec un duel au sommet entre deux pilotes que sont le Britannique Lewis Hamilton et le Néerlandais Max Verstappen, ainsi que Mercedes et Red Bull, leurs écuries respectives. Et ce n'est pas plus mal pour la compétition phare du sport automobile tant Mercedes dominait outrageusement depuis 2014 et avant une saison 2022 qui marque une certaine révolution technique, budgétaire pour les écuries.

Accrochage

Pour l'écurie allemande et son champion du monde britannique, tous deux désireux de faire le grand huit, ce début de saison est aux forceps. En effet, si au soir du Grand prix de Hongrie, Hamilton et Mercedes sont en tête, c'est presque surprenant tant la Mercedes de 2021 est à la peine face à la Red-Bull de Verstappen, motorisée par Honda. On sait que le motoriste nippon va quitter la F1 à la fin de la saison et fait donc tout pour terminer en beauté. Et l'écurie autrichienne est légèrement dominatrice par rapport à sa rivale allemande. Le moteur Mercedes est moins dominateur, le châssis est moins solide. Ça résonne comme l'année ou jamais pour battre Mercedes.

Mais la chance semble sourire aux champions en titre. Avant le Grand prix de Grande-Bretagne, Verstappen et Red Bull avaient accumulé une avance importante sur Hamilton et Mercedes, avec notamment trois victoires d'affilée pour le Néerlandais. Le GP de Grande-Bretagne et celui de Hongrie ont changé la donne avec un retour de Hamilton, non sans anicroche car la victoire de Hamilton en Grande-Bretagne est tâchée d'un accrochage dès le premier tour avec Verstappen, ce dernier abandonnant après tapé le mur en subissant 51G. Ce qui est démentiel! Et en Hongrie, il subit encore un accrochage au premier tour par le pilote britannique Lando Norris (McLaren-Mercedes) mais ce dernier était en fait poussé vers Verstappen par... Valtteri Bottas, le coéquipier de Hamilton chez Mercedes, qui a ainsi provoqué un carambolage qui a causé l'abandon du coéquipier de Verstappen, le Mexicain Sergio Pérez.

C'est dire si Red Bull estime subir des coups vaches de la part de Mercedes sur la piste et en-dehors en raison de la polémique sur les ailerons arrières flexibles de la Red Bull dont Mercedes s'en est plaint. Ce qui promet du sale pour la suite de la saison et ce sera l'occasion de voir qui aura les nerfs les plus solides. Et vu l'expérience glorieuse accumulée au fil des ans, Hamilton et Mercedes sont partis pour rester au sommet.

McLaren et Ferrari au coude-à-coude

Derrière le duel au sommet, qui peut devenir le troisième larron, dominant ainsi le milieu de tableau? Pour l'instant, McLaren, motorisée par Mercedes, et Ferrari sont à égalité. Signe que rien n'est certain et que le moindre événement par rapport aux deux écuries de pointe offre des opportunités à saisir pour les deux écuries en lutte pour la troisième place au championnat constructeurs. Ce qui fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre sera la capacité pour les pilotes Daniel Ricciardo (McLaren) et Carlos Sainz Jr (Ferrari) ayant rejoint leurs écuries respectives en début de saison à pouvoir être à la hauteur de leur coéquipier, à savoir Norris chez McLaren et Charles Leclerc chez Ferrari. Notamment Ricciardo qui semble souffrir de la comparaison avec Norris et dont l'adaptation avec McLaren prend plus de temps que Sainz chez Ferrari.

La bonne surprise Ocon

Dans un troisième échelon, c'est un match à trois entre Alpha Tauri-Honda, Alpine (Renault) et Aston Martin (Mercedes) pour la cinquième place du championnat des constructeurs. Et grâce à un super Grand prix de Hongrie, ponctué par la victoire du pilote français Esteban Ocon, sa première en F1, Alpine se retrouve cinquième au moment de la pause estivale. Ce n'était pas gagné pour l'écurie française tant le châssis semble à la peine et que le moteur Renault n'a pas tellement évolué, car le développement de la voiture et du moteur en 2022 sont devenus prioritaires. En outre, Ocon, après un bon début de saison, a connu une mauvaise passe avec quatre GP en-dehors des points alors qu'en parallèle, son coéquipier espagnol Fernando Alonso suivait une dynamique inverse et que le double champion du monde - 40 ans depuis le 29 juillet dernier - semblait avoir pris le dessus sur son coéquipier français. Mais le GP de Hongrie a montré qu'Ocon est solide quand l'écurie lui fournit une voiture correcte et cette victoire, dont Alonso y a joué un rôle décisif en défendant face à Hamilton durant 10 tours sur la fin du GP, est une bonne surprise pour lui et ne peut que lui donner de la confiance. Ce qui permet de souligner que le duo Ocon/Alonso s'entend bien et que le Français est à la hauteur de son coéquipier espagnol. Ce qui est rassurant tant c'est un test de caractère qui est proposé à Ocon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article