Cumul des mauvaises nouvelles économiques...

Publié le par JoSeseSeko

Cumul des mauvaises nouvelles économiques...

Jeudi 14 novembre, l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a indiqué que le rythme de l'économie française a freiné au troisième trimestre 2013 (-0,1%), tandis que la zone euro avait un faible rythme (+0,1%). Cette récession du troisième trimestre peut s'expliquer à travers une consommation en berne (+0,2% par rapport au deuxième trimestre 2013), un sous-investissement prononcé (-0,6%), une chute des exportations (-1,5%) ainsi qu'une déflation qui revient à la surface, peu à peu.

La semaine précédente, l'agence États-unienne Standard & Poor's (une des 3 principales agences de notation dans le monde avec Fitch et Moody's) a indiqué, dans un communiqué, qu'elle dégrade la note de la dette publique française, passant de AA+ à AA. Cette dégradation pouvant être perçue comme un "complot" pour certains économistes.

En tout cas, c'est un cumul de mauvaises nouvelles pour le gouvernement actuel, auxquelles il faut rajouter l'évolution dangereuse du chômage ainsi que le refus de plus en plus marqué de l'imposition, paraissant inefficace et étant illisible, qui peuvent se transformer en éruption sociale et politique. Et cela va surtout inciter l'orthodoxie économique (en plus de Bruxelles) à ce que la France accélère son train de réformes dans un sens social-libéral, ou libéral tout court, qu'elle souhaite et qu'elle fait appliquer depuis longtemps dans l'économie mondiale. Et on en voit les résultats en matière de dette publique, issue au départ d'une dette privée! Du coup, il y a un besoin de revoir la copie, mais qui pourra porter cette révision de la tendance actuelle, tant en France que dans le reste de l'Union européenne? Là est la question! Des éléments de réponse peuvent venir sur la gauche des partis socialistes, sociaux-démocrates ou travaillistes. Encore faut-il qu'ils n'avalent pas la couleuvre de ces derniers et qu'ils restent cohérents. Ce qui est loin d'être encore le cas en leur sein!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article