Football: du sport au show-business...

Publié le par JoSeseSeko

Football: du sport au show-business...

Voici un article écrit sur mon autre blog, le 11 juin 2010, jour de l'inauguration de la Coupe du Monde en Afrique du Sud.

Aujourd'hui commence la Coupe du Monde de football, qui pour la 1ère fois, se déroule sur le continent "berceau de l'Humanité", à savoir, l'Afrique. Plus précisément, en Afrique du Sud, le pays le plus développé du continent mais aussi l'un des plus dangereux au monde. Je vais passer outre ces problèmes liés à la sécurité pour me concentrer sur le foot ou plutôt, l'économie du foot.

Le football est le parfait symbole de l'évolution de notre monde et surtout de notre système économique sur les 30 dernières années, c'est-à-dire, la financiarisation des marchés, l'absence de régulation efficiente de la part des États, la liberté de mouvement des personnes correspondant à la fuite des cerveaux et l'absence de lien social entre les clubs et leurs supporters qui peut déboucher sur la violence dans et en-dehors des stades.

L'exemple le plus frappant est le football européen. En effet, la plupart des grands clubs européens (Manchester United, Real Madrid, etc...) sont côtés en Bourse depuis quelques années mais leur valeur varie très rapidement en fonction de leurs résultats sportifs. Autrement dit, l'enjeu tue le jeu. Si on rajoute la politique inflationniste qu'ils ont provoqué afin d'attirer les meilleurs joueurs dans leurs rangs, notamment pour espérer remporter la Ligue des Champions, comme Cristiano Ronaldo, on se rend compte que les dés sont pipés et qu'il faudrait un exploit pour ne pas voir un club Anglais ou Espagnol en finale de la Ligue des Champions et un miracle pour y voir un club français! D'ailleurs, concernant les clubs français et leurs dirigeants, ils se plaignent d'être désavantagés sportivement seulement pour des raisons économiques et fiscales. J'ai envie de dire: "Sortez vos couilles au lieu de chialer!!!"

Puis surtout, en France, il existe un organe public qui n'existe nulle part ailleurs en Europe qu'est la Direction Nationale de Contrôle de Gestion (DNCG). Elle vérifie les comptes des clubs et peut se permettre de reléguer un club dans une division inférieure si ce dernier connaît des dettes continues et qu'il n'arrive pas à les résorber. Et la plupart des clubs français sont tenus à respecter l'équilibre, ce qu'ils font en général. Si on appliquait cet organisme à l'échelle de l'UE, la majorité des grands clubs européens serait mise en liquidation judiciaire car ils cumulent des dettes énormes pour acheter ou garder de grands joueurs, en augmentant le coût du transfert ou des salaires par exemple, et l'égalité des chances entre clubs Anglais, Français, Espagnols, Allemands, Italiens et même d'autres clubs issus d'autres championnats (Belgique, Grèce, Pays-Bas, Portugal, etc.) serait plus effective.
Des solutions existent comme la fixation des salaires, le système de "draft" à l'américaine, un retour au système des quotas voire une harmonisation fiscale (suppression du bouclier fiscal ou des différentes niches autorisées partout en Europe) mais les footballeurs ont une carrière courte (retraite entre 35 et 40 ans, ça fait rêver, hein?) et l'UE l'interdirait au nom de liberté de mouvement des travailleurs en l'absence de frontières, adage libéral mais aussi à poil marxiste, à la nuance près que Marx considère que les travailleurs sont naturellement libres tandis que là, cette liberté est imposée, en fait c'est une fausse liberté puis on peut se gratter pour une fiscalité européenne (déjà que la solidarité entre eux, ça fait pschitt...).

Enfin, comme l'enjeu tue le jeu, il tue aussi le lien social entre les clubs et leurs supporters qui donnent un sens à leur histoire. Par exemple, les dirigeants du FC Liverpool comptent installer un nouveau stade dans les 2-3 prochaines années si je ne m'abuse, et abandonnent le stade d'Anfield, auquel les supporters y sont attachés et qui contribue au mythe du club, avec les membres du Kop chantant "You'll never walk alone", n'importe quel autre supporter adverse serait ému. La pression du résultat peut emmener à la violence si la situation est difficile. On le voit notamment du côté des supporters du PSG, qui finissent finalement à s'en prendre au club qu'ils aiment et à s'entre-tuer. Pour en remettre une couche, on ne peut pas dire que les joueurs se montrent ouverts non plus. Mais quand on leur a fait des portraits plein d'espoirs quand ils étaient adolescents, ils se sont dits qu'ils sont les meilleurs alors qu'ils n'ont rien prouvé dans les faits et par conséquent, ils se font descendre à tout bout de champ.


Pour conclure, le football connaît des maux semblables à bien d'autres secteurs économiques, à la différence près qu'il s'agit d'un sport transformé en business avec tous les risques que ça comporte. D'ailleurs, et en France on fait plutôt attention, la formation sportive ne doit pas être un frein pour la formation scolaire. Ce n'est pas un hasard que la formation en France est considérée comme parmi les meilleures au monde!
Je vous incite à lire ces articles issus du site d'Alternatives Économiques au sujet du foot, et que je trouve très bien rédigés (même si pour lire la suite, il faudrait vous abonner :s):

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article