Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hace falta sostener a Marcelo Bielsa

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Bertrand LANGLOIS/AFP

Photo: Bertrand LANGLOIS/AFP

"Toute vérité n'est pas bonne à dire", disait Figaro, le personnage de théâtre créé par Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais dans le Mariage de Figaro. Et bien, c'est ce que doit penser la direction de l'Olympique de Marseille depuis la conférence de presse menée par l'entraîneur argentin Marcelo Bielsa, ce jeudi.

En tout cas, son surnom "el loco" n'est pas dû au hasard. Quelle folie de dire la vérité dans un club où pour durer, il faut omettre des choses! Mais il faut dire que la déception est grande pour l’entraîneur de l'OM. À propos du marché des transferts:

"Le bilan de ce marché des transferts est négatif. Je crois que le président m'a fait des promesses qu'il savait qu'il n'allait pas tenir. Si tout cela m'avait été dit avec sincérité, je l'aurais accepté. Mais dans le cas contraire, je ressens un sentiment de rébellion [...] Aucun joueur arrivé n'est le fruit de ma décision. J'ai proposé 12 options, aucune ne s'est concrétisée."

Un détail sur lequel il revient, l'arrivée du défenseur brésilien Doria, en provenance de Botafogo, lundi dernier, lui reste en travers de la gorge: "J'ai appris la vente de Lucas Mendes au dernier moment car il partait au Qatar. J'ai appris l'achat de Doria le lundi après-midi alors qu'il arrivait pour la visite médicale. Je me suis opposé à son arrivée. Quand je donne ma position sur un joueur, je prends en compte de nombreux facteurs et l'un d'entre eux est de savoir quelle est sa valeur et s'il est là pour la durée. L'arrivée de Doria, je n'ai pas pu l'analyser. Je n'ai pas pu donner mon opinion. Le président m'avait aussi promis qu’on n'allait pas engager de joueurs étrangers, car l'OM n'a pas la structure suffisante pour évaluer les qualités d'un joueur qui ne joue pas en France ! Aucun joueur n'est arrivé sur ma décision. J'ai proposé douze options et aucune ne s'est concrétisée. Nous avons dû recruter dans l'urgence alors que nous voulions ou Stambouli ou Alderweireld."

Mais est-ce que ça le pousserait à la sortie de son propre chef? Pas du tout! Il coupe court à ce propos: "Je suis satisfait de travailler avec ce groupe et content de le faire. Et cela ne va pas m'empêcher de tout faire pour gagner les matches que nous devons gagner." Néanmoins, il ne cache pas son amertume. "La réalité est différente de ce que l'on avait programmé, je le répète. Je vais assumer avec joie et optimisme le challenge qui est devant moi mais le mode de fonctionnement du club me déçoit."

En tout cas, il met le président Vincent Labrune devant le fait accompli et démontre ainsi qu'il n'est pas l'arbre qui doit cacher la forêt. Et cela permet, à ceux qui jouent à distribuer les bons et les mauvais points au président du club et au reste de la direction, ainsi qu'à la veuve Louis-Dreyfus, propriétaire de l'OM, qu'ils vont devoir rapidement choisir un camp. Et qu'il serait chez eux, s'ils supportent vraiment l'OM et s'ils veulent vraiment que la direction du club, semblable à l'Hydre de Lerne, s'en aille, ils devront défendre l'idée des "socios OM", et de proposer dans ce sens, comme je le fais depuis plusieurs mois avec le "Manifeste des socios de l'OM". Mais surtout, qu'ils ne jouent plus les pleurnicheuses ou les pseudo-révolutionnaires, car ils ne seront plus crédibles et il faudra dans ce cas, les considérer comme des "social-traîtres"!

¡Toda mi solidaridad con Marcelo Bielsa y viva el OM!

P.S: pour mon 200e article écrit pour mon blog, c'est assez croustillant.

Commenter cet article