Inga 3 ou le projet phare de l'économie Congo-Zaïroise

Publié le par JoSeseSeko

Inga 3 ou le projet phare de l'économie Congo-Zaïroise

Jeudi 20 mars, la Banque mondiale, institution internationale basée à Washington, a accordé 73 millions de dollars à la République Démocratique du Congo pour financer le projet hydroélectrique Inga 3, sur le barrage d'Inga, dans l'ouest du pays, à proximité de la ville de Matadi.

Une ressource supplémentaire bienvenue (même si c'est encore insuffisant) pour mener à bien ce projet, qui au cas où il serait mené à bien, produirait 4 500 Mégawatts, et fournirait de l'électricité sur l'ensemble du pays, ainsi qu'une grande capacité d'exportation d'électricité dans la mesure où l'Afrique du Sud et le Congo-Zaïre ont signé un accord en octobre 2013, comme quoi Pretoria importera 2 500 MW provenant du site d'Inga.

C'est dire l'enjeu économique vital pour la RDC, qui signerait là son indépendance énergétique, et surtout accélérerait un développement économique puisque pour l'instant, l'électricité produite par la Société nationale d'électricité (SNEL) n'arrive qu'à destination d'un nombre limité de ménages et d'entreprises congolais (9% de la population a accès à l'électricité en RDC, c'est dire la marge de manœuvre énorme, au regard du potentiel colossal de l'hydroélectricité dans le Congo-Zaïre).

Là, les écologistes devraient soutenir un tel projet puisque l'industrie hydroélectrique est l'une des moins polluantes, sinon la moins polluante dans le monde et beaucoup d'économistes du développement considèrent que le potentiel hydroélectrique de la RDC, grâce au fleuve Congo, est tel que tout le continent africain pourrait être fourni en électricité jour et nuit que par ce pays. Mais attention, ne pas reproduire les erreurs faites sur le barrage des Trois Gorges en Chine, qui a inondé des terres agricoles, des forêts, fait déplacer des centaines de milliers de personnes, ou encore provoqué une érosion du lit du fleuve Yangzi Jiang.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article