Le TAFTA, un des enjeux des européennes

Publié le par JoSeseSeko

Le TAFTA, un des enjeux des européennes

Il y a quelques mois, j'avais écrit un premier article sur le traité de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne, montrant une partie de ses dangers mais aussi la perspective révolutionnaire que cela aurait. Il faut avouer que sur ce dernier point, j'étais trop optimiste, car il faudrait une coopération de la classe exploitée de part et d'autre de l'Atlantique, jusque-là impossible.

Même si, comme l'évoquait l'ancien eurodéputé Francis Wurtz, dans un débat sur les élections européennes à Saint-Gratien (Val-d'Oise), lundi 19 mai: "nombre d'américains sont également contre ce traité transatlantique, tout comme le Congrès, dans une large majorité (...) et qu'une unité des forces de gauche des deux côtés de l'Atlantique est nécessaire pour faire avorter ce traité." En tout cas, en France du moins, les négociations sur la zone de libre-échange transatlantique (ZLET ou en anglais, TAFTA: Transatlantic free-trade area) sont devenues un thème important dans la campagne pour les élections européennes. Et c'est notamment le Front de gauche qui fait en sorte que les autres formations politiques en parlent, afin de marquer sa différence avec les autres partis, puis d'attirer des électeurs sensibles aux questions environnementales (OGM, gaz de schiste...), sociales (régime de Sécu aux rabais), économiques (domination états-unienne, pensée "mainstream" portée aux nues...), géopolitiques (impérialisme états-unien affirmé, l'UE jouant le rôle de larbin) ou encore juridiques (existence d'un tribunal arbitral).

Maintenant, il y a un piège qui pourrait être tendu par les défenseurs du Grand marché transatlantique, à savoir, jeter l’opprobre sur les opposants au Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI ou en anglais TTIP: Transatlantic trade and investment partnership) comme étant des anti-américains primaires. C'est tentant de la part de la classe dominante d'accuser ainsi l'opposition. Mais déjà, est-ce qu'économiquement, ce traité vaudrait le coup? Non! Et même le journal Le Monde, qui suit une tendance (sociale-)libérale ces derniers temps, le reconnait, accordant du crédit à l'association ATTAC, par exemple, qui est parmi les premiers collectifs à s'être opposé au TAFTA. Et du côté des élus, certains estiment n'être informés que très récemment sur ce sujet. Mais c'est qu'ils ne diversifient pas assez leur lecture journalistique. L'hebdomadaire Politis, avait déjà écrit un article sur les négociations dès 2009, et en a écrit plusieurs depuis près d'un an (voir lien ci-dessous). En tout cas, c'est le moment de se réveiller pour empêcher que la moitié du PIB mondial ne soit qu'au profit court-termiste du petit nombre, et au coût exponentiel et durable du grand nombre!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article