L'OM à portée de fusil du podium

Publié le par JoSeseSeko

Photo: om.net

Photo: om.net

Dans la course au podium, pour une qualification en Ligue des Champions, l'Olympique de Marseille demeure à portée. Reste à savoir gérer la deuxième partie de saison pour déloger l'AS Monaco ou l'Olympique lyonnais. Reste quand même à renforcer un effectif où l'équilibre est fragile.

Si le titre de champion de France ne souffre d'aucun suspense, au moins, pour les deux places restantes sur le podium, derrière le Paris Saint-Germain, promettent d'être disputées d'ici la fin de la saison 2017-2018. Et pour cause. L'AS Monaco et l'Olympique lyonnais sont à égalité de points (41), à mi-saison et à juste trois points derrière eux, se trouve l'Olympique de Marseille. Si cela correspond davantage au standing du club phocéen, en phase de reconquête depuis que l'homme d'affaires états-unien Frank McCourt a racheté le club, en octobre 2016, cela était mal parti au tout début de saison, avec deux défaites humiliantes à Monaco (1-6) et contre Rennes (1-3).

Réveil collectif et individuel

Cette dernière défaite a marqué les esprits tant les joueurs semblaient à la rue sur le terrain. En conséquence, Rudi Garcia, l'entraîneur, a dû changer de dispositif tactique, passant de son 4-3-3 habituel à un 4-2-3-1, afin de solidifier le milieu de terrain, où Luiz Gustavo, recrue estivale, se démenait mais était trop peu soutenu sur les phases défensives. Depuis, l'OM affiche 1 défaite en 14 matchs de championnat, cette défaite ayant eu lieu à Lyon, dimanche 17 décembre, face à un concurrent direct pour le podium (0-2). Néanmoins, ça prouve qu'avec ce dispositif tactique, les joueurs de Garcia sont plus à l'aise, trouvant un équilibre collectif qui leur permet d'être plus redoutables sur le terrain.

Mais cela passe aussi par certaines individualités qui portent le collectif vers le haut. L'exemple le plus absolu est justement Luiz Gustavo. Arrivé l'été dernier en provenance du club de Wolfsburg, le milieu défensif brésilien de 30 ans montre toute sa classe, sa technique ballon au pied, sa capacité à gagner les duels et relancer son équipe et, cerise sur le gâteau, marque des buts de loin, rendant l'OM bien dangereux pour ses adversaires. Il en est d'ailleurs à 5 buts depuis le début de la saison. L'ancien milieu du Bayern Munich n'a jamais été aussi prolifique devant le but dans une saison de championnat! C'est dire toute son importance au sein de l'OM. Autre exemple, c'est Florian Thauvin. Dans la lignée de la saison dernière (15 buts, 9 passes décisives), le milieu offensif français réalise un excellent début de saison, étant à la fois le meilleur buteur et le meilleur passeur du club (8 buts, 8 passes décisives). De quoi le faire prétendre à rejoindre l'équipe de France pour la Coupe du monde en Russie en juin prochain, même si a concurrence est rude à son poste.

Un équilibre fragile

Même s'il y a un dispositif tactique bien huilé et très efficace, l'équilibre trouvé n'en demeure pas moins fragile. L'absence d'un Gustavo, d'un Thauvin, ou d'un Dimitri Payet qui oscille entre des matchs bons et des matchs moyens, se fait vite sentir. Les matchs de poule en Ligue Europa en sont un exemple, où l'OM a dû batailler pour continuer dans cette compétition européenne dans une poule où, normalement, le club phocéen devait largement y arriver. Ce qui oblige la direction du club à se montrer active durant les transferts au mois de janvier, pour renforcer un effectif qui soit en mesure de rester dans la course pour le podium, de faire un parcours honorable, voire superbe en Ligue Europa, et, pourquoi pas, d'aller chercher la Coupe de France, qui échappe à l'OM depuis 1989. Pour cela, il faudra recruter des joueurs. Peut-être trois ou quatre.

Un ou deux en défense, afin d'avoir un joueur parfaitement complémentaire à Adil Rami, arrivé l'été dernier et qui fait bonne figure, ce que ne semblent pas être les cas de Rolando ou d'Ayem Abdennour aux yeux des supporters olympiens. Mais aussi sur le côté gauche, afin d'avoir une doublure pour Jordan Amavi, dont l'arrivée durant l'été est également une bonne pioche tant il est régulier sur ses matchs, vu que Patrice Évra n'est plus au club et que Christopher Rocchia, minot du centre de formation de l'OM, semble encore un peu tendre aux yeux de Garcia. Mais c'est surtout le milieu de terrain qui est visé. Une recrue capable de jouer avec Gustavo ou de pallier une absence du joueur brésilien. Le nom de Jack Wilshere, joueur d'Arsenal, est évoqué mais pas dit que le milieu anglais, confiné à un rôle de remplaçant de luxe, traverserait la Manche pour avoir du temps de jeu dans le club phocéen. Enfin, du côté de l'attaque, il se pourrait bien qu'un nouvel attaquant arrive, tant Valère Germain et Kostas Mitroglou, ce dernier arrivé à toute fin du mercato estival, n'ont pas pleinement convaincu.

Toujours est-il que l'OM entraîné par Rudi Garcia doit encore prouver sa robustesse lors des grands matchs. La défaite à Lyon en est un amer exemple qui rappelle combien la moindre erreur se paie cher, même si l'équipe peut sembler dominer l'ensemble du match. Néanmoins, le match nul contre un PSG chanceux au Vélodrome (2-2) montre combien l'OM version 2017-2018 peut bousculer des adversaires qui lui sont supérieurs sur le papier. Charge maintenant au président Jacques-Henri Eyraud, au directeur sportif Andoni Zubizarreta et à l'entraineur Garcia de se coordonner pour que l'OM puisse accrocher au moins la troisième marche du podium.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article