Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une double nationalité utile pour le continent africain?

Publié le par JoSeseSeko

Une double nationalité utile pour le continent africain?

Alors que la coupe du monde bourgeoise continue son chemin, avec comme cache-misère, l'équipe du Brésil, pays organisateur de l'événement, l'évolution de la compétition peut mener à des débats de société en France.

En effet, le parcours en coupe du monde de l'Algérie, éliminée en 1/8èmes de finales, après prolongations, contre l'Allemagne, a réveillé des fantasmes, des angoisses chez certains politiciens. Notamment au Front national. Le parti passéiste, d'extrême-droite, gouverné par la famille Le Pen (la fille Marine ayant pris depuis 2011 le relais du père, Jean-Marie), a demandé, par la voix de sa présidente, la mise en déchéance de la nationalité française de français ayant des origines ou la double nationalité algérienne, fauteurs de troubles matériels suite à la qualification historique des Fennecs (surnom de l'équipe de foot d'Algérie) pour ces 1/8èmes de finale. Des groupuscules liés au FN ont proposé durant les matchs de l'Algérie, notamment au moment de Russie-Algérie, un rassemblement "anti-racailles", désignant les franco-algériens par le mot "racailles". Mais vu que les incidents ont été mineurs, et causent davantage aux franco-algériens qui étaient dans l'allégresse, les véritables racailles sont ces groupuscules d'extrême-droite qui seraient prêts à tout pour "casser du rebeu", tellement l'intelligence leur est étrangère et la violence imbécile leur est génétique.

Mais bon, pour être en phase avec le titre, je reviens une nouvelle fois sur l'Algérie. Et pour cause, puisque la France et l'Algérie autorisent la double nationalité à leurs habitants ayant ces deux origines, comme cela se fait avec d'autres pays (exemple: la double nationalité franco-allemande, avec Daniel Cohnn-Bendit, qui a la double nationalité française et allemande). Il faut savoir que la majorité des Fennecs durant cette coupe du monde est née en France, a grandi en France, a joué dans les différents échelons de l'équipe de France (-17 ans, -19 ans, -20 ans, Espoirs), et qu'en vertu de la double nationalité, ils pouvaient choisir l'équipe de France ou l'équipe d'Algérie. Le milieu offensif Sofiane Feghouli, par exemple, a joué avec l'équipe de France Espoirs avant de choisir l'équipe d'Algérie, vu qu'il a la double nationalité. Il a fait ce choix de manière rationnelle, je crois, car à son poste, la concurrence est forte chez les Bleus, par conséquent, la probabilité d'être titulaire ou de jouer quelques minutes un match international était bien faible du côté de la France que du côté de l'Algérie, où la concurrence est certes moins rude, mais oblige tout de même à être irréprochable sur le terrain, car il y a une plus grande probabilité de jouer.

L'exemple algérien devra servir à l'avenir pour certains pays africains. Je pense tout particulièrement à la République Démocratique du Congo, ex-Zaïre, où l'article 10 de la Constitution stipule: "La nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurremment avec aucune autre." Or, si la RDC avait adopté la bi-nationalité, en signant des accords sur cette question avec différents pays tels la France ou la Belgique par exemple, l'équipe de foot de la RDC aurait pu compter comme titulaires des joueurs comme Steve Mandanda, Eliaquim Mangala, Blaise Matuidi, Rio Mavuba (dont le père, Ricky Mavuba, fut parmi les Léopards participant à la coupe du monde 1974 en Allemagne), qui rendent service actuellement avec les Bleus; ou des joueurs tels Vincent Kompany, Anthony Vanden Borre, Romelu Lukaku, qui se tournent vers les Diables rouges belges. Ces exemples doivent mettre la puce à l'oreille, mais cela ne doit pas concerner uniquement le sport. Ça concerne également la vie politique, économique des pays africains, où un autre regard pourrait s'exprimer.

Attention, ce n'est pas une solution miracle (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit). Choisir un pays plutôt qu'un autre si la bi-nationalité le permet, peut relever du cynisme (au sens moderne du terme), du calcul individuel, et non pas dans l'intérêt général. Or, le monde, tel qu'il va aujourd'hui, adopte le repli individualiste, où seule la rationalité personnelle prédomine; la notion de synergie collective, de gain collectif paraissant désuète, obsolète.

Commenter cet article