Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un OM pris dans le ressentiment

Publié le par JoSeseSeko

Un OM pris dans le ressentiment

L'Olympique de Marseille perd un nouveau match, à Bordeaux, avec le sentiment d'une injustice profonde suite à de nouvelles erreurs d'arbitrage, handicapant de manière décisive la fin de la saison du club, voire même son avenir.

Les anti-olympiens sont puissants, et pour beaucoup de supporters marseillais, ils ont mis les arbitres dans leur poche. Dimanche 12 avril, l'OM de Marcelo Bielsa perd un match important chez les Girondins de Bordeaux de Willy Sagnol, le négrophobe défenseur de la logique bourgeoise, sous le score de 1 à 0. Or, l'OM était ultra-dominateur et l'arbitre, M.Varela, n'a pas sifflé deux penaltys qui devaient être accordés aux olympiens, plus un carton rouge qui aurait dû être infligé à un girondin. Tout pour rendre fous de rage joueurs, dirigeants et supporters.

Un cumul d'erreurs

Dans le jargon de Dieudonné, il faudrait parler de cumul de quenelles glissées contre l'OM. Que ce soit durant les matchs aller-retour contre Lyon (pays de la quenelle, le plat bien sûr! ^^), notamment le match retour au Vélodrome, où M.Bastien n'a pas accordé un but aux marseillais alors que le ballon avait franchi la ligne, les matchs contre Paris, aux Parc des princes (expulsion imméritée de Giannelli Imbula par M.Turpin) comme au Vélodrome (main de Marquinhos dans la surface non sifflée par M.Buquet), le match retour face à Saint-Étienne, où une charge d'un joueur stéphanois chargeait un défenseur marseillais sur l'action qui mena à l'égalisation des verts contre les olympiens, etc.

Ces exemples sont énormes car ils ont justement coûté des points pour l'OM, ne pouvant plus être crédible dans la course au titre, et se retrouvant même éjecté du podium de la Ligue 1 à l'issue du match d'hier, au profit de l'AS Monaco, pour la première fois depuis septembre. En tout cas, c'est propice à unifier les esprits contre l'arbitrage français, qui n'en est pas à sa première erreur et qui fausse le championnat de manière immonde, à en dégoûter plus d'un. Une injustice dont Marcelo Bielsa essaye d'endiguer par des discours dignes des plus tribuns politiques, même si cela paraît vain pour l'instant. D'autant plus que Dimitri Payet, qui est suspendu pour deux matchs suite à ses propos sur l'arbitrage lors d'OM-OL, eut raison de dire avant le match d'hier: "On veut empêcher l'OM d'être champion!"

Avenir en pointillés

Du coup, la perspective d'absence de qualification pour la Ligue des Champions pour la saison 2015-2016 se fait de plus en plus persistante, car l'OM réalise une phase retour chaotique, en-dehors de la question de l'arbitrage, qui est en contradiction avec une phase aller extraordinaire (champion d'automne). Et dans ce cas, qui est le pire, Bielsa pourrait être en mesure de quitter le club à la fin de la saison, comme son contrat l'y autorise. Or, ce serait une triste nouvelle pour l'OM, ses supporters et la Ligue 1, car il a su faire briller la devise du club "Droit au but", et forcer le respect des entraîneurs français, peu enclins à voir réussir un coach étranger et ses méthodes.

Néanmoins, s'il resterait, "el loco" ne voudra plus se faire mener en bateau par des paroles en l'air. Le président Vincent Labrune l'a appris à ses dépens en septembre dernier. Et la veuve Louis-Dreyfus, propriétaire du club depuis le décès de son mari Robert Louis-Dreyfus en 2009, ne peut plus faire de Bielsa comme l'arbre qui cache la forêt. Il faudra se plier à ses exigences car il est plus ambitieux que jamais, avec des supporters qui l'ont mis sur un piédestal, et donc mettre la main à la poche, ce dont cette capitaliste milliardaire rechigne à faire, mais dont cela paraît nécessaire si elle veut la paix sociale avec les fans de l'OM.

Pour finir, j'aimerais adresser un message aux croyants aliénés. Dans n'importe quel "opium du peuple", pour prolonger la misère réelle de la classe pauvre, il est souvent dit que Dieu est parfait, et juste. Si c'était VRAIMENT le cas, alors l'OM ne se ferait pas voler de cette manière ou encore, le Ghana aurait été demi-finaliste de la Coupe du monde en 2010, en raison de la main volontaire de l'uruguayen Luis Suárez dans la surface, du penalty raté du ghanéen Asamoah Gyan, en 1/4 de finale. Et comme Dieu a fait l'homme à son image, il est par conséquent injuste et imparfait. CQFD! Et comme le disait l'écrivain Albert Camus: "Vraiment le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football et les scènes de théâtre qui resteront mes vraies universités."

Commenter cet article