Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vente de l'OM au programme

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Twitter

Photo: Twitter

Par un courrier adressé à différents groupes de supporters, Margarita Louis-Dreyfus indique sa volonté la plus catégorique de vendre l'Olympique de Marseille, de manière officielle. Reste à savoir qui osera reprendre le club.

"C'est pas trop tôt", doivent se dire des supporters sur les nerfs ces derniers mois. Selon la chaîne BFMTV (cf lien n°1), Margarita Louis-Dreyfus (MLD), actionnaire quasi-unique de l'Olympique de Marseille (OM), a annoncé la mise en vente officielle du club, ce mercredi 13 avril. Ce qui met fin à plusieurs mois de rumeurs sur ce sujet, en parallèle d'une situation sportive déclinante de la part du club olympien. En tout cas, la veuve de Robert Louis-Dreyfus (RLD), prise à partie dans les banderoles des supporters, dimanche 10 avril, lors du match OM-Bordeaux (0-0), semble vouloir ne plus supporter la vindicte populaire virant parfois au machisme, par exemple:

  • "Margarita, retourne à ton vrai métier, femme au foyer. Casse-toi!"

Quelque part, il était temps d'en finir.

Plan de long terme

Dans le courrier adressé à différents groupes de supporters, l'actionnaire tient à assumer la situation actuelle du club, à savoir, une politique d'austérité à la grecque qui fait vendre les bijoux de famille (meilleurs joueurs) de manière dérisoire, voire gratuite car joueurs en fin de contrat (cf André Ayew, André-Pierre Gignac en 2015 et bientôt Steve Mandanda et Nicolas Nkoulou); sans afficher des compétences flagrantes en matière de recrutement précis et de formation adéquate. Mais avec la phrase "j'ai dû remettre à titre personnel plusieurs dizaines de millions d'euros" résonne mal, malgré le constat de faire face à un "nouveau monde du football", composé "des états ou des sociétés spécialisées aux capitaux quasi illimités qui dominent". MLD veut se faire passer pour une victime alors que sa fortune, héritage de RLD, est de plusieurs milliards d'euros car il faut rappeler qu'elle hérite d'un patronyme qui fit partie des "200 familles" qui gérèrent la Banque de France au XIXe siècle. En outre, sa politique d'austérité qui ne lui a rien rapporté confirme l'aphorisme de l'économiste post-keynésien britannique Nicholas Kaldor:

  • "Les capitalistes gagnent ce qu'ils dépensent, les travailleurs dépensent ce qu'ils gagnent!"

En tout cas, c'est un pied de nez lancé à Vincent Labrune. L'annonce semble le prendre au dépourvu, selon certaines sources. Il faut dire que le président du club et l'actionnaire sont en froid ces dernières semaines, en raison de la volonté de M. Labrune de vendre, tout en ayant une politique court-termiste ratée, bien qu'ayant réussi à reprendre la gestion de la billetterie des virages aux groupes de supporters. En tout cas, elle tient à vendre, quelque soit le prix car dans son communiqué, la veuve Louis-Dreyfus déclare: "Le prix n'est pas ma préoccupation première, par contre la capacité du nouvel actionnaire à construire une équipe qui gagne au plus haut niveau est essentielle". Maintenant, qui pourrait être tenté? Des rumeurs font état d'un investisseur du Golfe, avec un banquier italien, Pablo Dana, en tant qu'intermédiaire auprès du club phocéen. Mais bon, un repreneur unique ou un consortium d'investisseurs ont davantage de probabilité de faire du court-termisme que d'investir sur du long terme. Et cette vente officielle est l'occasion rêvée pour les tenants de l'idée de socios phocéens de faire entendre leurs idées et leurs objectifs de moyen-long terme, auprès de la direction du club et des autres supporters olympiens, au mieux sceptiques, au pire goguenards à cette alternative qui est pourtant bien plus crédible que d'autres.

20 ans de souffrance

Avec cette officialisation de vente, une page est partie pour se tourner du côté de l'OM. Une page de 20 ans! En 1996, RLD, encouragé par le maire de droite de la ville de Marseille, Jean-Claude Gaudin, reprend l'OM pour 1 franc symbolique. Le bilan sportif en 20 ans, semblable à celui de M. Gaudin à la mairie, est juste sidérant. Un seul titre de champion de France (2010), plus trois coupes de la Ligue (2010, 2011, 2012). Certes, il y a eu de la malchance (finales Coupe UEFA, actuelle Ligue Europa en 1999 et 2004; finales coupe de France en 2006 et 2007), mais par deux fois (2000, 2001), l'OM faillit descendre en Ligue 2. En outre, les Louis-Dreyfus, mauvais gestionnaires, viraient ou ne savaient pas garder les rares personnes compétentes passées sous leur règne capitalistique - Pape Diouf viré de la présidence de l'OM en 2009 par Labrune; démissions des entraîneurs Eric Gerets, Didier Deschamps et Marcelo Bielsa - et enfin, aucune politique de formation claire, permettant à l'équipe première de puiser davantage sur son centre de formation.

Mais quelque chose laisse à penser que la décision de MLD n'est pas pour des raisons endogènes à l'OM et à son environnement. En effet, ce communiqué tombe quelques jours après que le nom de RLD soit évoqué dans la presse au sujet de l'affaire "Panama papers", qui n'épargne pas le monde du ballon rond ces derniers jours. Façon de dire que la priorité de la veuve Louis-Dreyfus est ailleurs qu'à l'OM en ce moment, et que le fisc serait bien tenté d'en savoir plus sur ces sociétés offshore basées aux Îles Vierges britanniques.

En tout cas, c'est une bonne nouvelle pour l'OM, la meilleure depuis le début de l'année!

Commenter cet article