Le fraternalisme condescendant envers les Afro-descendants

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Sofie Knijff

Photo: Sofie Knijff

L'exposition ExhibitB du Sud-africain Brett Bailey est loin d'être désirée. Pour sa première au théâtre Gérard Philipe, à Saint-Denis, le 27 novembre 2014, elle a été interrompue par des manifestants qui s'opposent à cette reconstitution de "zoos humains" dans nos sociétés capitalistes néo-coloniales, comme cela se faisait dans les sociétés capitalistes coloniales du siècle dernier.

Expo soutenue par le Parti de gauche

Mais ce weekend, les partisans de la poursuite de l'exposition montrent les crocs, et notamment à gauche. Le Parti de gauche (PG), une des composantes de la coalition de gauche radicale qu'est le Front de gauche (FG), a publié un communiqué où il apporte son soutien à l'expostion, au nom de la liberté d'expression, considérant les manifestants comme des censeurs qui mènent à "des dérives régressives et dangereuses", alors que exposition véhicule une négrophobie latente, contrairement à ce qu'elle prétend dénoncer. Ce qui montre le point de vue assez contradictoire sur la question de la liberté d'expression sur des sujets sensibles (négrophobie, antisémitisme) de la part du PG puisqu'en début d'année, il vociférait contre Dieudonné et sa tournure antisémité, appelant implicitement à la censure, et affirmant qu'il sera "toujours au premier rang quels que soient ceux qui sont visés" par le racisme et l'antisémitisme. Quelle hypocrisie! C'est pas ainsi que les Afro-descendants voteront pour ce parti, même s'ils sont sensibles à ses idées, puis c'est un peu un nouvel assassinat de Jean Jaurès, qui avait combattu le colonialisme, et donc l'idée de "races", avec la phrase suivante: "C'est qu'au fond, il n'y a qu'une seule race: l'Humanité"

Des journalistes plutôt de gauche soutiennent également cette exposition, avec un mépris sidérant envers les manifestants, Afro-descendants en grande majorité, vu comme des censeurs ignares, qui ne comprendraient pas la vertu dénonciatrice de Brett Bailey, comme le tweete Jack Dion, journaliste à l'hebdomadaire Marianne:

 

Le fraternalisme à l'ouvrage

Néanmoins, certains partis de gauche comprennent le positionnement des manifestants. À l'inverse du Parti de gauche, Ensemble!, qui est une autre composante du FG, considère que cette exposition "est un pas en arrière pour le mouvement antiraciste", et que la présenter telle quelle "est une erreur monumentale". De même que le blogueur Le Yéti, dans l'hebdomaire Politis, revient sur le fait que Brett Bailey "exhibe des noirs (pour leur bien) mais oublie d'exhiber leurs esclavagistes blancs", renforçant ainsi un sentiment de "deux poids-deux mesures" au sein des Afro-descendants, d'où qu'ils soient dans le monde.

Mais ces réactions honorables sont fort rares, y compris à gauche. La condescendance prime. Mais on ne peut pas parler de paternalisme, comme le font les partis ou personnalités de droite, il faut parler de fraternalisme de la part de partis ou personnalités de gauche. Cette notion, nous la devons à Aimé Césaire. Le poète et homme politique Français, Martiniquais, Afro-descendant, alors membre du Parti communiste, avait dénoncé cette pratique hautaine de la part du PC dans sa Lettre à Maurice Thorez (voir lien en fin d'article), en 1956. Cette lettre signe son départ du parti, et il explique l'attitude du PCF, aligné sur le dogme de Joseph Staline, avec l'instauration de peuples "avancés" qui doivent aider des peuples "arriérés" à foncer vers la Civilisation et le Progrès, tels des grands frères montrant à leurs cadets la marche à suivre (même si elle est violente). C'est cette vision du communisme, du marxisme (très éloignée de la pensée de Marx, qui fut lui-même censuré en URSS, un comble!), que combattait Césaire dans ce texte.

Comme il l'écrivit lui-même: "il n’y aura jamais de variante africaine, ou malgache, ou antillaise du communisme, parce que le communisme français trouve plus commode de nous imposer la sienne. Qu’il n’y aura jamais de communisme africain, malgache ou antillais, parce que le Parti Communiste Français pense ses devoirs envers les peuples coloniaux en termes de magistère à exercer, et que l’anticolonialisme même des communistes français porte encore les stigmates de ce colonialisme qu’il combat. Ou encore, ce qui revient au même, qu’il n’y aura pas de communisme propre à chacun des pays coloniaux qui dépendent de la France, tant que les bureaux de la rue Saint- Georges, les bureaux de la section coloniale du Parti Communiste Français, ce parfait pendant du Ministère de la rue Oudinot, persisteront à penser à nos pays comme à terres de missions ou pays sous mandat."

J'espère que ceux qui se réclament du socialisme, du communisme, vont relire cette Lettre à Maurice Thorez parce que ce Césaire dénonçait, c'est exactement ce qu'ils font aujourd'hui. À bon entendeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

João 01/12/2014 19:45

Ggauvain (commentateur qui me précède), vous faites chier avec vos "il y a des noirs qui aiment exhibit". Il y a aussi des noirs négrophobes. Je ne dis pas que ceux qui aiment exhibit le sont nécessairement, mais c'est juste pour arrêter avec cette idée de la caution noire pour défendre un truc pourri.

Et puis justement, l'antisémitisme de Dieudonné ne faisant pas débat...à bon..? peut-être dans la gauche blanche paternalisme méprisante qui ne regarde que son nombril.

Ggauvain 02/12/2014 01:25

Je vous fais chier avec mon argument, désolé. Il va falloir faire avec.

Au cas, possible, où votre réaction reposerait sur une mauvaise compréhension de mon commentaire : mon argument consiste à dire qu'il n'y a pas consensus sur le caractère raciste ou non d'Exhibit B. Cet argument serait peut-être affaibli si tou-te-s les Noir-e-s étaient contre : il y aurait, dans ce cas, au moins un consensus parmi les "premier-e-s concerné-e-s". Mais il se trouve que ce n'est pas le cas. J'ai souligné ce fait pour répondre par avance à quelque chose que l'on aurait pu me rétorquer, c'est tout, ce n'est même pas vraiment central dans mon argumentation.

Et j'aimerais bien savoir qui conteste l'antisémitisme du spectacle de Dieudonné. (A part les dieudonnistes, mais je ne pense pas que vous en soyez un...)

Ggauvain 01/12/2014 12:31

Oui, on a vu pas mal fleurir de comparaisons avec Dieudonné ces derniers temps... Moi j'étais contre l'interdiction du spectacle de Dieudonné, de même que je suis contre celle d'Exhibit B. Mais la grosse différence, pour moi, c'est que l'antisémitisme du spectacle de Dieudonné... ne faisait pas débat. On était tou-te-s d'accord, de l'extrême-gauche jusqu'à une partie de la droite et même de l'extrême-droite juive, pour dire que son spectacle était antisémite. Après, on pouvait considérer ou non que la liberté d'expression devait primer... Mais il y avait au moins accord sur la nature du spectacle.

Là, ce n'est pas le cas du tout ! Il y a des gens qui disent qu'Exhibit B est raciste, et aussi des gens, dont des Noir-e-s, qui disent que c'est anti-raciste. C'est pour ça qu'au-delà des questions de liberté d'expression, il est important de maintenir ouverte la seule possibilité qui existe pour se faire réellement un avis là-dessus, à savoir : voir l'oeuvre.