Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un enseignement change les choses, pas une exposition

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Franck Pennant/AFP

Photo: Franck Pennant/AFP

Après la polémique sur les propos de Willy Sagnol, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux, sur le joueur "typique" africain, c'est une exposition sur la colonisation qui ne peut pas être digérée par la communauté afro-descendante de la République.

L'exposition Exhibit B devrait passer ces prochains jours au centre culturel 104, à Paris, ainsi qu'au théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis. Son auteur, Brett Bailey, un Sud-Africain membre de la minorité afrikaner, déclare avoir pour but d'éveiller les consciences sur le racisme, lui qui a grandi sous le régime d'apartheid dans son pays.

Reconstitution des "zoos humains"

L'exposition Exhibit B met en scène des noirs enchaînés, emprisonnés, comme cela se faisait dans les "zoos humains" durant les expositions coloniales. Du coup, les afro-descendants considèrent, à juste titre, que cet art doit être critiqué, et remis en cause. Mais ceux qui estiment que l'exposition doit continuer considèrent leurs détracteurs comme des censeurs. Or, ce qui est vraiment le plus significatif de la pseudo-vertu dénonciatrice de cette expo, c'est qu'il n'y a aucun blanc représenté. Comme si on ne voulait pas montrer qui a fait en sorte que des noirs soient dans ce genre de position dans les tableaux de l'exposition.

Puis, même si cette exposition a fait le tour du monde, elle n'a pas été non plus une grande réussite. Au Royaume-Uni, elle fut récemment annulée parce que les afro-descendants ont manifesté sur ce qu'ils considèrent comme une incitation à la haine raciale, et les centres culturels qui l'avaient programmé firent machine arrière, afin d'éviter tout scandale. Comment prétendre lutter contre le racisme, la négrophobie, en reconstituant des "zoos humains", qui l'ont perpétuellement renforcé au siècle dernier?

Deux poids-deux mesures

En tout cas, seul l'enseignement permet de combattre la négrophobie ambiante. Or, en France, l'enseignement est très mal foutu, ne serait-ce parce que l'esclavage, pour prendre cet exemple, n'y est pas vraiment enseigné (pas ses effets économiques en tout cas), que ceux qui l'ont légalisé ou remis en pratique (Louis XIV, Napoléon Bonaparte) sont glorifiés, tandis que ceux qui l'ont aboli (Robespierre et ses amis Jacobins) sont des pestiférés.

Puis, au-delà de ça, il y a un ressenti d'un "deux poids-deux mesures" grandissant envers les afro-descendants en France. Un exemple? Dieudonné. Son spectacle "Le Mur" fut interdit par le Conseil d'État, dans une réunion très courte, pour incitation à la haine raciale, pour antisémitisme. Tandis que Brett Bailey fait son exposition, même si au fond, elle incite encore plus à la haine raciale, à la négrophobie.

Ceci n'est pas sans rappeler cette phrase de l'écrivain Britannique George Orwell, dans La Ferme des Animaux: "tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres."

Commenter cet article