OM: cherche entraîneur désespérement

Publié le par JoSeseSeko

Photo: SIPA

Photo: SIPA

À la recherche d'un entraîneur étranger depuis la démission surprise de l'argentin Marcelo Bielsa, l'Olympique de Marseille peine à trouver le candidat idéal pour le poste, sans se poser la question d'anciens joueurs étrangers de l'OM.

Le mercato est loin d'être bouclé à Marseille. Sachant que le milieu offensif Florian Thauvin devrait faire ses valises pour Newcastle avec un transfert à 17 millions d'euros plus l'arrivée à la Canebière de Rémy Cabella (milieu offensif) en échange, l'Olympique de Marseille cherche encore une doublure pour le belge Michy Batshuayi mais surtout un entraîneur. Malgré sa bonne volonté, Franck Passi, entraîneur de l'OM depuis le départ de l'argentin samedi 8 août, après la défaite contre Caen au Vélodrome, est là pour assurer l'intérim et la défaite insipide à Reims, dimanche 16 août, ne fait rien pour rassurer les supporters olympiens sur ses compétences.

Recherche d'un étranger

De toute manière, le président du club, Vincent Labrune, a clairement indiqué que Passi ferait de l'intérim et qu'un entraîneur étranger serait nécessaire pour le club phocéen. Depuis plus d'une semaine, Labrune prospecte en vain. Il a tenté l'allemand Jürgen Klopp de le convaincre sur son projet (le fameux "projet Dortmund"), mais l'ex-entraîneur du Borussia Dortmund justement tient à faire son année sabbatique. Ensuite, des coachs italiens (Cesare Prandelli, Walter Mazzarri) furent appelés mais ils ont également décliné l'offre.

Un autre transalpin est sur les tablettes, il s'agit de Luciano Spalletti. L'ancien entraîneur de l'AS Roma ou du Zénith Saint-Pétersbourg au style de jeu offensif pourrait être un candidat idéal. Encore faut-il qu'il ait un staff organisé par ses soins. Et vu la politique d'austérité de l'OM, pas sûr que Labrune puisse l'emballer. Le dernier nom transalpin évoqué en ce moment est celui de Roberto Donadoni. Mais le club marseillais dément tout contact avec l'ancien entraîneur de l'équipe d'Italie, dont le palmarès en tant que coach est vierge. Ce qui est loin de rassurer les fans de l'OM.

Appels du pied d'anciens olympiens

Mais peut-être que la direction du club serait aussi inspirée à l'idée de prendre des étrangers anciens joueurs de l'OM qui sont devenus entraîneurs depuis. C'est le cas de l'ex-défenseur brésilien Carlos Mozer ou de l'ancien attaquant Fabrizio Ravanelli. Le premier a clairement annoncé son envie de prendre les rênes du banc phocéen ces derniers jours, en jouant sur son expérience d'entraîneur en Angola et au Portugal ainsi que son amour du maillot ciel et blanc porté durant trois ans (1989-1992), au cœur de la période glorieuse de l'OM du président Bernard Tapie.

Quant au second, ancien buteur à la fin des années 90 (1997-1999), il pourrait aussi convenir car les prétentions salariales ne devraient pas être élevés et "Penna bianca" a gardé une grande popularité auprès des supporters phocéens. Néanmoins, son expérience ratée en tant qu'entraîneur de l'AC Ajaccio ne donne pas envie de lui faire confiance, alors qu'il y a des besoins immédiats de résultats.

Logique austéritaire

En tout cas, comment ce fait-il que des entraîneurs de renom déclinent un club tel l'OM, le seul club français vainqueur de la Ligue des champions (en 1993)? Il y a une raison que je tiens à avancer, chers lecteurs et qui me semble être la vérité. C'est que l'OM de Labrune et de la veuve Louis-Dreyfus est enfermé dans une logique austéritaire qui fait fuir ces entraîneurs-là. Or, ils ont besoin d'une certaine latitude dans leur management, de garanties sur les transferts ou leur staff, et pas seulement faire des coups de bluff, ce dont le club n'a pas l'air de vouloir afficher en ce moment. Donc, il n'est pas étonnant que face à une telle incertitude, ils ne soient pas disposés à vouloir se poser au stade Vélodrome.

Puis ça me permet de dire combien une politique économique qui aurait pour seul but de réduire la masse salariale afin d'affiner les finances, comme le vantent les économistes mainstream, dont Labrune a l'air d'avoir retenu ceci après sa formation en économie à Panthéon-Sorbonne (la même fac que moi en fait), mène à un échec cuisant. Son exemple ainsi que celui de la Grèce devraient en faire réfléchir plus d'un sur le sujet. Mais faut croire que ça veut se bercer d'illusions!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tietie007 23/10/2015 11:54

La logique austéritaire elle est dictée par les finances déficitaires. La famille Dreyfus a mis beaucoup d'argent dans ce club et elle veut arrêter les frais, ce qui se comprend lorsqu'on se fait insulter tous les jours par les supporters. Le Foot, en général, n'est pas rentable, et encore moins en France ! Trouver un nouvel acheteur sera d'ailleurs très difficile car Marseille ne possède pas les atouts de la ville lumière.

Tietie007 23/10/2015 11:52

Il paraîtrait que les entraîneurs français sont bidons selon Labrune ...On ne peut pas dire que Michel fasse des miracles non plus ! Un petit Vahid pour bouger tous ces gnafrons me plairait bien !