Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une folle gueule de bois pour l'OM

Publié le par JoSeseSeko

Une folle gueule de bois pour l'OM

La démission surprise de Marcelo Bielsa au poste d'entraîneur de l'Olympique de Marseille plonge le club phocéen dans le désarroi, avec un cafouillage complet aux yeux des supporters, déchirés par cette nouvelle.

Ça n'a pas l'effet d'un Hiroshima ou d'un Nagasaki, mais dans le monde du foot français, ça y ressemble. À peine la Ligue 1 avait repris ses droits que déjà un entraîneur quitte son club. En l'occurrence, l'argentin Marcelo Bielsa, entraîneur de l'Olympique de Marseille (OM), après la défaite de son équipe au stade Vélodrome contre Caen (0-1). Une sortie tellement surprenante que même les joueurs n'étaient pas au courant.

Un timing de merde

Cette démission, en tout début de saison, est juste quelque chose qui est humiliante de la part d'un homme aimé et respecté des supporters olympiens. S'il comptait faire une sortie honorable, incitant les fans de l'OM à être unanimement derrière lui et à être entièrement compréhensifs sur cette décision, c'est clairement raté. En voici deux réactions:

Et pourtant, celui qui est désormais ex-entraîneur de l'OM, avait redonné de l'enthousiasme auprès de ce club, qui s'enfonçait dans un ennui profond, en redonnant ses lettres de noblesse à la devise "Droit au but", bien qu'ayant terminé à la quatrième place de la Ligue 1 la saison dernière. Mais les signes étaient quand même prévisibles vu qu'en rentrant d'Argentine début juillet, "El loco" n'avait toujours pas prolongé son bail sur le banc phocéen.

Une goutte d'eau

Et c'est semble-t-il le contrat qui a poussé Bielsa vers la démission. Dans la lettre qu'il destine au président Vincent Labrune (cf lien ci-dessous), il indique que l'accord qu'il avait trouvé avec le président courant juillet pour un nouveau contrat de deux ans et qui s'apprêtait à être officiel, a subi des modifications au moment d'une réunion, mercredi 5 août, avec le directeur général de l'OM, Philippe Pérez, et le représentant de Margarita Louis-Dreyfus, Igor Levin, ces derniers expliquant à Bielsa qu'il y aura des changements dans le contrat. Même s'il ne sait pas si Labrune serait au courant, il considère néanmoins que ça revelait du "domaine d'autorité" du président.

Voilà la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour "El loco", le pointilleux. Il n'avait pas manqué d'envoyer la sulfateuse en septembre dernier, après un mercato d'été qui l'avait passablement énervé, avec le recrutement à la dernière minute du brésilien Matheus Doria pour symbole. Et Labrune avait passablement retenu la leçon avec un recrutement largement inspiré des volontés de Bielsa (plus quelques paris osés), ce dont ce dernier ne manqua pas de saluer jeudi 6 août, dans la conférence de presse qui précédait le match contre Caen.

"Merci pour ce moment"

Il n'empêche, Bielsa incrime le président et l'actionnaire principal de l'OM dans cette lettre incendiaire. Et du coup, ce sont eux qui vont s'attirer à terme les foudres des supporters car il s'agit quand même d'une histoire d'opacité, de coup bas qui est racontée là. Tout ça, sans qu'il y ait un contrôle de la part d'autres personnes que Labrune et la veuve Louis-Dreyfus. Le pire comportement de la part d'un club sans socios qui pourraient avoir un droit de regard sur la stratégie du club et même influencer la gouvernance de l'OM. Et cette démission va les gêner profondément car Bielsa avait réussi à se faire aimer des supporters, et à acheter la paix sociale auprès d'eux. J'imagine qu'ils sont entrain d'observer une nuit blanche (qui en promet d'autres), ou de dormir d'un œil, tellement ils peuvent être inquiets!

Bref, l'hydre de Lerne se remontre encore, en pleine nuit, brisant certains espoirs transformés en grande colère. Et une politique d'austérité à la grecque, qui résonne tristement pour Marseille, ville fondée par des grecs, qui semble être l'alpha et l'oméga de l'OM depuis 2011, avec un enchaînement de résultats indignes du standing d'un club comme celui-ci. J'en serais à dire que Valérie Trierweiler, ancienne compagne de François Hollande, avec son livre "Merci pour ce moment", aurait davantage d'humanité que cette farce de mauvais goût, qui prend en otage le club et ses supporters. Pour terminer ce triste article, un tweet résume l'esprit de fatalisme qui pourrait habiter les supporters sauf mirable (un retour d'Eric Gerets, comme le souhaitent certains?)

Commenter cet article