Le calme avant la tempête jaune?

Publié le par JoSeseSeko

Photo: JoSeseSeko

Photo: JoSeseSeko

Après un acte 22 marqué par une mobilisation restant assez base, comparativement aux premières journées, le pouvoir entend néanmoins réagir avec une allocution d'Emmanuel Macron prévue lundi 15 avril, quitte à ce que ça jette de l'huile sur le feu.

Et si l'acte 22 des gilets jaunes n'était qu'un échauffement? Avec 91.276 personnes ayant battu le pavé en France selon les organisateurs, samedi 13 avril, il n'en reste pas moins que ça a attiré plus de monde que la semaine précédente (73.289). Mais ce n'est pas non plus une grande mobilisation, notamment à Paris, où plusieurs cortèges ont été déclarés, sachant que le principal cortège, allant de la place de la Nation à la place de la République a défilé généralement dans le calme, avec toutefois des moments plus tendus, surtout sur la place de la République, avec les forces de l'ordre (social), comme le montre ces images ci-dessous du site Le Média.

Allocution clé

En réalité, l'acte 23, prévu le 20 avril prochain, se veut être davantage mobilisateur et pourrait être plus nerveux que le précédent. Pourquoi? En premier lieu, c'est le début des vacances pour la zone C, regroupant les académies de la région Île-de-France et de la région Occitanie, sachant que les zones A et B sont déjà en vacances - fin de vacances pour la zone A (régions Nouvelle-Aquitaine; Rhône-Alpes-Auvergne; Bourgogne-Franche-Comté) -. Ensuite, des gilets jaunes, mais aussi des black blocs auraient l'intention de monter sur Paris et de faire un grand coup d'éclat digne de celui du 16 mars, qui a marqué les esprits au niveau politique et médiatique.

Enfin, et non des moindres, cet acte 23 se fera quelques jours après l'allocution d'Emmanuel Macron, prévue lundi 15 avril. Cette prise de parole de l'Élysée se voudrait être directe, pour apporter des premières annonces "aux préoccupations des Français", après le grand débat national qui a duré près de trois mois, dont le manque de transparence, voire du copié-collé grossier a été remarqué ici ou , indiquant que c'est plutôt une grande arnaque nationale au profit du pouvoir. Macron se gardera bien de ne pas trop aller dans le détail, qui serait réservé dans le cadre d'une conférence de presse, mercredi 17 avril (cf lien). En tout cas, ce n'est pas sûr qu'il paraisse convainquant car depuis le début du mouvement des gilets jaunes, son mépris de classe s'est affiché à plusieurs reprises ("foule haineuse" par exemple), puis son allocution du 10 décembre 2018, après l'acte 4 des gilets jaunes, avec des annonces sur les primes pour les salaires au niveau du Smic, la défiscalisation et désocialisation des heures supplémentaires, qui sont comparables à de la poudre de perlimpinpin, pour reprendre une des expressions de Macron.

En tout cas, cette allocution sera clé pour savoir si le pouvoir a bien repris la main sur les gilets jaunes ou si ces derniers y trouvent un nouveau moyen pour se renforcer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article