Un déconfinement encore vague à déterminer

Publié le par JoSeseSeko

Photo: JoSeseSeko

Photo: JoSeseSeko

Le discours d'Édouard Philippe devant l'Assemblée nationale donne des pistes sur l'application du déconfinement à partir du 11 mai, sans être dans le détail car le confinement total peut durer au-delà du 11 mai.

Le discours d'un Premier ministre. C'est ce qui pourrait être titré dans les mass media à l'issue du passage d'Édouard Philippe devant l'Assemblée nationale, ce mardi 28 avril. Ce discours, tant attendu, devait indiquer les étapes à suivre pour le déconfinement progressif de la France, prévu initialement pour le 11 mai, comme l'avait annoncé Emmanuel Macron dans son allocution présidentielle du 13 avril dernier. Ce discours s'axe sur le triptyque "protéger, tester et isoler", prônant une intensification des tests - 700.000 tests par semaine à partir du 11 mai -; promettant une production suffisante de masques disponibles pour le grand public à partir du 11 mai; mais ne voulant pas d'un débat trop avancé au sujet de l'application Stop Covid en raison du manque de fiabilité selon le Premier ministre (cf lien n°1).

11 mai ou au-delà

Cela étant, les questions les plus importantes pour nombre de français(es) sont les suivantes: est-ce que le déconfinement sera effectif à partir du 11 mai? Si oui, qui sera concerné? Face à cela, le locataire de Matignon botte en touche. Car s'il parle du 11 mai, Philippe indique que c'est sous diverses conditions, notamment si le seuil des 3.000 nouveaux cas par jour est dépassé avant le 11 mai et c'est en fonction des départements. Certains resteront confinés, d'autres non. Mais cette réponse-là ne sera fournie que le 7 mai prochain, à l'occasion d'une conférence de presse du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Bref, reculer pour mieux sauter.

Mais au cas où ce déconfinement progressif serait lancé à partir du 11 mai, quelle en serait la portée pratique? Plusieurs choses: d'abord, la liberté de circulation serait rétablie à moins de 100 kilomètres de son domicile. Au-delà, il faudra une attestation de déplacement pour "motif familial, impérieux ou professionnel". Ensuite, réouverture des crèches, des écoles. Pour les collèges, ce serait vers le 18 mai et les lycées restent fermés jusqu'en juin, sauf si le gouvernement estime que la situation évolue pour permettre une réouverture. Enfin, les plus de 65 ans, ainsi que les personnes "fragiles", restent confinées au-delà du 11 mai. De même que les transports sont appelés à augmenter leur offre tout en devant limiter les flux, notamment à Paris, afin d'éviter une forte affluence, notamment lors des heures de pointe. Le tout avec port du masque obligatoire, cela va de soi.

Impériosité économique

Si le 11 mai n'est pas une date certaine de début de la première phase du déconfinement du pays, pourquoi insister sur cette date, en-dehors de la mention présidentielle rappelée ci-haut? C'est pour des raisons économiques. En effet, comme l'indiquait il y a quelques semaines, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France: "chaque quinzaine de confinement nous coûte 1,5% de niveau de PIB annuel et 1% de déficit public supplémentaire", après qu'il ait annoncé une chute de 6% du Produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre 2020. En outre, le chômage a crû de 7,1% en mars, selon la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du travail (Dares). Du jamais-vu depuis la mise en place des statistiques de la Dares, en 1996 (cf lien n°2). Et ce, en dépit de l'application du dispositif du chômage partiel, concernant 10,8 millions de salariés à l'heure actuelle.

Ce qui fait qu'au niveau économique, le déconfinement sera partiel. Le Premier ministre appelle à privilégier le télétravail. Encore faut-il que les entreprises soient en mesure de l'adopter selon leur secteur d'activité. Plus facile pour une entreprise de services que pour une entreprise de l'industrie manufacturière donc. Dans le cas où le télétravail serait insuffisant, alors faire respecter au maximum les mesures de "distanciation physique", les gestes barrières et si cela n'est pas assez, alors il serait obligatoire de porter des masques sur son lieu de travail. Toujours est-il que les commerces seraient de nouveau autorisés à partir du 11 mai, si cette date est confirmée. Et encore, cela ne concerne pas les cafés, les restaurants, les événements culturels ou sportifs. Les cafés ou restaurants resteront confinés jusqu'au 2 juin, au moins. Une réunion fin mai décidera de la prolongation, ou pas, de cette restriction. Quant aux événements culturels ou sportifs, notamment ceux permettant des rassemblements de plus de 5.000 personnes, ils restent interdits jusqu'en septembre. Ce qui, dans le cas du sport, fait que la saison de Ligue 1 de football 2019-2020 est officiellement terminée par exemple.

En clair, le pouvoir continue de naviguer à vue et demeure le premier commentateur de sa politique, tant son amateurisme criminel saute aux yeux et fait honte à la France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article