La France en mode diesel en matière de vaccination contre le Coronavirus

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Flickr/Navy Medicine

Photo: Flickr/Navy Medicine

La gestion pour le moins ridicule de la vaccination contre le Coronavirus n'incite guère à la confiance envers un pouvoir français qui a étendu le couvre-feu version 18h à l'ensemble du pays, histoire de préparer les esprits à un éventuel troisième confinement, tant la pandémie reste active dans l'Hexagone et ailleurs.

Environ un an après l'existence des premiers cas et des premiers morts avérés en Chine, le Coronavirus a suivi son chemin à travers le monde, dépassant la barre des deux millions de morts à l'échelle planète sur près de 94 millions de personnes atteintes du virus selon les données recensées par l'Université John Hopkins. Soit un taux de létalité d'environ 2,1%. Et pour un peu plus de détail, les États-Unis, le Brésil et l'Inde sont les trois pays recensant le plus de morts de la Covid-19, avec respectivement 392.106 morts, 208.246 décès et 152.093 trépas. Soit environ 37,4% du total des décès mondiaux à eux trois.

Préparation mentale au confinement

Et la France, dans tout ça? Elle est le septième pays comptant le plus de personnes mortes par la pandémie, avec un peu plus de 70.000 décès, expliquant en partie une surmortalité observée par les données de l'Insee pour l'année 2020 en France (cf lien n°1). Une France qui fera tomber le rideau à partir de 18h sur l'ensemble du pays, dès ce samedi 16 janvier. Une mesure qui existait déjà dans plusieurs départements de l'Est, depuis le 2 janvier, pendant que les autres départements avaient un couvre-feu à partir de 20h, mais face à la recrudescence des cas de contamination, le gouvernement, par la voix du Premier ministre Jean Castex, a annoncé jeudi 14 janvier l'extension de cette mesure sur l'ensemble du pays, pour en principe 15 jours (cf lien n°2).

Est-ce un moyen de préparer mentalement les esprits à un troisième confinement? Cette question mérite d'être posée, étant donné qu'au Royaume-Uni, une mutation du Coronavirus fait des ravages vu que plusieurs dizaines de milliers de personnes contaminées et généralement plus d'un millier de morts sont à déplorer outre-Manche depuis le début de cette année 2021, poussant le Premier ministre Boris Johnson à déclencher un troisième confinement dans le pays. Et il est probable, selon certains avis du conseil scientifique, que la variante anglaise du Coronavirus soit prédominante en France à partir du printemps, sachant qu'elle a débarqué en France ces derniers jours. Mais d'autres mutations sont davantage craintes comme celle recensée en Afrique du Sud, au Brésil ou au Japon, qui pourrait même remettre en cause l'efficacité des vaccins actuellement mis en circulation (cf lien n°3).

Vaccination à accélérer?!

Justement, la vaccination en France est pour le moins lente. Lancée en même temps dans toute l'Union européenne le 27 décembre dernier, il est notable de remarquer combien l'Hexagone est complètement à la traîne par rapport aux autres membres de l'UE. En même temps, de la part du pays historiquement soutien du moteur diesel, c'est presque normal. Mais vu le contexte, il n'y a pas tellement de quoi rire vu que seulement 388.730 français(es) ont été vacciné(e)s contre le Coronavirus à la date du 15 janvier, alors qu'un pays comme le Royaume-Uni, à la date du 14 janvier, comptait 3.680.000 habitant(e)s vacciné(e)s; et d'autres comme l'Italie ou l'Allemagne, à la date du 14 janvier, étaient proche du million de citoyen(ne)s vacciné(e)s (cf lien n°4).

Et quelque part, le pouvoir actuel serait bien tenté de jouer le piège du confinement ou du vaccin, histoire de faire consentir la population à se faire vacciner. Mais vu l'imbroglio sur le sujet, car il y a un risque de pénurie de vaccins - un comble! (cf lien n°5) - et que le pouvoir a fait appel au cabinet de conseil McKinsey pour revoir sa stratégie de vaccination, ce qui n'est pas sans créer la polémique vu qu'un pouvoir public se tourne vers une entreprise privée pour peaufiner son travail (cf lien n°6).

En somme, ce pouvoir amateur n'a toujours pas tiré de leçon par rapport à 2020 et qu'il ne sait toujours pas appliquer le proverbe "gouverner, c'est prévoir"!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article