Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une limitation à concrétiser

Publié le par JoSeseSeko

Une limitation à concrétiser

Mercredi 22 janvier, les députés ont voté, après 7 mois de discussions et de votes de leur part ainsi que de la part des sénateurs, pour limiter le cumul des mandats, entérinant un engagement pris par le président François Hollande durant sa campagne présidentielle de 2012.

Concrètement, ce vote signifie qu'un parlementaire (député, sénateur, député européen), donc un élu chargé d'un pouvoir législatif national, ne peut plus exercer un mandat exécutif au niveau local (maire, conseiller municipal, président d'intercommunalité, président du conseil général, conseiller général, président du conseil régional, conseiller régional). Néanmoins, la loi ne sera mise en application qu'à partir de 2017, au moment des nouvelles législatives, donc après les échéances locales et européennes de 2014 et 2015. C'est d'ailleurs sur la question de son application que le sujet a traîné en longueur, en perdant un peu de force. Mais au moins, il n'a pas fallu une guerre pour réduire la part d'élus nationaux cumulards, comme ce fut le cas après 1945.

En tout cas, pour une fois, le bon sens semble l'emporter chez nos élus politiques, quand bien même si ça grogne dans l'opposition, mais aussi dans une partie de la majorité, notamment au Parti socialiste, où certains parlementaires cumulards tels le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, fulminent en leur fort intérieur et que beaucoup de parlementaires considèrent que cette loi va davantage déconnecter les élus de la réalité locale. Comme si le cumul des mandats (et des rémunérations, cela va de soi) permettait d'être plus en phase avec la population selon l'argument stupide de l'ancrage local.

Or, la stupidité argumentative des cumulards privilégiés se confronte à deux faits. D'une part, la population est devenue de plus en plus défiante des politiciens tandis que ces derniers cumulaient de plus en plus les fonctions (corrélation positive et significative). D'autre part, avec des comparaison internationales, la France est championne des cumulards dans les pays développés avec 83% de parlementaires cumulards en 2011, tandis que des pays tels les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie ou l'Espagne ont moins d'un quart de leurs parlementaires qui cumulent avec un mandat local. Il y a de quoi avoir honte, non?

Enfin, cette loi peut ouvrir une porte vers un rajeunissement, une diversification et une meilleure efficacité du travail parlementaire car jusqu'à présent, l'archétype du parlementaire est un homme, blanc, 50 ans minimum et cadre (bourgeois). Donc, cette loi est bénéfique pour rechercher à représenter davantage la population française dans son intégralité, et non plus un monopole de la classe dominante. Néanmoins, il faut que l'essai soit transformé et comme on est en France, il n'est pas impossible (impossible n'est pas français) qu'il y ait le fameux "un pas en avant, deux pas en arrière", verrouillant encore plus les lieux de pouvoir aux mains des possédants, remettant en cause leur légitimité.

Commenter cet article