Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musique: produit jetable devenu produit durable

Publié le par JoSeseSeko

Musique: produit jetable devenu produit durableMusique: produit jetable devenu produit durable
Musique: produit jetable devenu produit durableMusique: produit jetable devenu produit durable
Musique: produit jetable devenu produit durableMusique: produit jetable devenu produit durable

Voici un article datant du 20 décembre 2010.

Ces visages (comme ceux de 50 Cent, Lil Wayne, Kayne West, Beyoncé, Jay-Z, Nicki Minaj, David Guetta, Booba, One Direction, Black Eyed Peas entre autres) vous sont familiers ou risquent de l'être, ils sont des symboles du monde de la musique depuis 30 ans et on vous matraque de leur "musique" à la radio, à la téloche, quand ce n'est pas leur vie privée dans un certain type de presse et vous vous dites qu'il vaut mieux les ressembler et les aimer car ça attire du monde. Mais quelle erreur!!!

Pourquoi je vous mets en garde contre ce genre d'artistes, qui prolifère en masse dans l'industrie musicale?
Pour de multipls raisons:
1) Ces artistes n'ont pas un pourcent de qualité musicale digne d'un Louis Armstrong, d'un Jimi Hendrix, d'un Bob Marley, d'un The Congos, d'un Creedence Clearwater Revival, d'un Scott McKenzie, d'un Dire Straits, d'un Chuck Berry, d'un The Clash, d'un Noir Désir, d'un Madness, d'un The Specials, d'un Muddy Waters, d'un BB King, d'un Chic, d'un IAM, d'un Eminem, d'un Metallica, d'un Nirvana, d'un The Offspring, d'un Rancid, d'un Renaud, d'un Tabu Ley Rochereau, d'un Staff Benda Bilili, d'un Green Day (même si le dernier album m'a laissé un peu sur ma faim), ou encore d'un Micheal Jackson (quand il faisait encore de la musique). Ils respirent le fade, un pop ou un hip-hop mou, sans textes revendicatifs (2-3 couplets, un petit solo sans plus) puis une absence de créativité, d'originalité vu leur dépendance de leur "carrière" aux majors musicales, ne répondant qu'à une logique de business et non de prise de conscience. Bien au contraire. Ils sont le bras musical du capitalisme, bâti sur l'aliénation des êtres humains et légitimant une inégalité entre personnes de fond en comble.

2) Ce sont des produits de leurs majors, qui ont donc droit de vie ou de mort sur eux. On nous matraque de leur présence nauséabonde sans cesse à la télévision, à la radio, dans la presse écrite tous les jours ou presque puis sur Internet (pour continuer à droguer de façon totalitaire les amateurs de musique), pour qu'ils soient un bénéfice pour leurs proprios. Leur subjectivité, liée à la quantité d'albums vendus, est devenue supérieure à l'objectivité (qualité de la production réalisée), pour le pire!!!!

3) Comment prendre pour modèle des personnes qui n'ont rien foutu de leur vie, n'ont quasiment pas étudié jusqu'au bac (ou son équivalent dans le monde anglo-saxon). La facilité dans ce cas présent n'a jamais été source de bonheur. Puis aimeriez-vous être traqué par des paparazzis, avoir une vie irréelle à un âge où il vaudrait mieux étudier, comprendre notre monde complexe pour pouvoir le réformer, si on a la volonté de le faire et écouter de la musique, du rock, du punk-rock, du blues, du reggae, du ska, du métal, du rap, de la rumba zaïroise (ou congolaise devrais-je dire), du jazz, avec des véritables textes engagés, contrairement aux textes soi-disant remplis d'amour de son prochain, ou soi-disant provocateurs de la part des artistes jetables, qui sont un code pour rentrer dans le showbiz bon pour les idiots et leurs groupies ayant 2 grammes de cerveau!

Conclusion: Méfiez-vous de ce qu'on vous offre car c'est souvent un produit aseptisé, avec un goût très amer, vous rendant corruptible, devenant ainsi une proie facile pour l'industrie musicale, réduisant votre cerveau à vue d'œil!

"Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont"!!! Méditez sur cette phrase et vous comprendrez alors bien des choses, camarades!


Lecture complémentaire: Benoît Sabatier, Nous sommes jeunes, nous sommes fiers, Hachette Littératures, 25€

Commenter cet article