Une Crimée russe pour un équilibre continental

Publié le par JoSeseSeko

Une Crimée russe pour un équilibre continental

En ce dimanche 16 mars, les habitants de la région de Crimée, en Ukraine, votent par référendum pour indiquer s'ils veulent rester dans l'Ukraine ou faire partie de la Russie.

Bien sûr, cela semble joué d'avance et il y a peu de chances que la Crimée reste dans l'Ukraine balbutiante depuis ces derniers mois. Néanmoins, ce n'est pas une raison d'en vouloir aux russes, et notamment au président Vladimir Poutine (que je ne porte pas dans mon cœur soit dit en passant), pour considérer que le vote ne sera pas reconnu par les membres de l'Union européenne et par les États-Unis, pour manquement du droit international (curieux d'invoquer le droit international pour montrer patte blanche, quels hypocrites!), et de menacer de s'attaquer aux avoirs des oligarques proches du Kremlin. Si les puissances occidentales exécutent leurs projets, certaines se retrouveraient exposées au niveau énergétique, notamment l'Allemagne, dépendante du gaz russe par exemple.

Mais le principal enjeu est de nature militaire. La Crimée est la base de la flotte russe de la Mer Noire, avec le port de Sébastopol. Puis cela permet un équilibre des forces puisque la Russie craint (à tort, à raison, chacun se fera son idée là-dessus) que l'Occident profite du retournement de situation en Ukraine pour installer des missiles à proximité de la frontière russe, menant à un rapport de force favorable. Et les négociations menées à l'échec entre le Secrétaire d'État John Kerry et son homologue Sergueï Lavrov illustrent parfaitement une atmosphère tendue.

Toujours est-il qu'il faudra accepter le choix des habitants de Crimée, ce soir!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article