Le Média pris en flagrant délit de contradiction avec le licenciement d'Aude Rossigneux?

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Twitter

Photo: Twitter

L'annonce, samedi soir, du licenciement d'Aude Rossigneux, présentatrice et rédactrice en chef du journal Le Média suscite la surprise, l'incompréhension, voire la colère de socios et d'observateurs. De quoi alimenter la suspicion d'un contrôle de ce nouveau média par la France insoumise, dont la proximité est régulièrement discutée.

Voilà un licenciement qui a pris tout le monde de court. Samedi 24 février, au soir, plusieurs articles annoncent le licenciement d'Aude Rossigneux de son poste de présentatrice et rédactrice en chef du journal Le Média, lancé sur Youtube le 15 janvier dernier, dont la ligne éditoriale qui se veut de gauche est assumée par ses membres, mais aussi par les socios qui soutiennent financièrement se projet de média alternatif. Un licenciement de la meneuse de la rédaction après à peine plus d'un mois de présence effective a de quoi interloquer. Et encore plus avec la lettre de Rossigneux suite à son licenciement (cf lien n°1). Dans cette lettre, la désormais ex-rédactrice en chef reste sonnée par ce licenciement avec une méthode violente. "Une brutalité qui n’est pas exactement conforme à l’idée que chacun se fait d’un « management » de gauche. Une brutalité qui serait peut-être un sujet pour LeMédia si elle était le fait d’un Bolloré" précise-t-elle, rappelant par ailleurs qu'elle est venue au Média "parce qu'on est venu [la] chercher" et qu'elle s'est démenée auprès de ses confrères pour expliquer la démarche du journal, en tant que figure de proue.

Image écornée

En-dehors de son cas personnel, Aude Rossigneux tire également la sonnette d'alarme au sujet des équipes constituées dans la rédaction. "Les troupes sont toujours motivées, mais épuisées, et pas loin du « burn out » comme le montrent plusieurs arrêts de travail" souligne-t-elle, indiquant donc un rythme de travail éreintant pour les journalistes actuellement engagées au Média, ce qui semble illustrer que les moyens dont dispose Le Média sont encore assez faibles pour permettre des conditions de travail saines dans ce journal. Du moins, on peut le sous-entendre ainsi.

Mais avec cette publication de cette lettre, Aude Rossigneux met en garde contre toute accusation de vouloir nuire au journal, citant le nom de Sophia Chikirou, présidente du Média, qui lui aurait demandé comment la communication de ce départ pourrait être gérée. Toujours est-il que l'image du Média est sacrément écornée, surtout auprès des socios, qui apportent un soutien financier à ce projet pour qu'il se développe. Du coup, sur le fil de discussion du site du journal, plusieurs socios ne cachent pas leur amertume, parlant d'une non-transparence et surtout très écœurés d'avoir eu vent de la nouvelle par des journaux mainstream, comme Le Monde par exemple.

La crainte qu'on pourrait noter suite à cette annonce est celle d'un manque d'indépendance éditoriale dans la rédaction. Dans les mois qui ont précédé le lancement du journal, des articles de confrères et consœurs dans les mass media désignaient Le Média comme une branche de la France insoumise par le fait que Sophia Chikirou était la directrice de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, comme en 2012 par ailleurs. Et cette éviction pourrait bien donner raison aux critiques de ce projet. En tout cas, les socios demandent des explications et nous verrons bien s'ils en auront et si ça les convaincra d'avaler la pilule que certains jugent amère.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article