Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La "Toussaint rouge", point de départ de la guerre d'Algérie

Publié le par JoSeseSeko

La "Toussaint rouge", point de départ de la guerre d'Algérie

En ce 1er novembre 2014, il s'avère que cela fait 60 ans, jour pour jour, qu'eut lieu la "Toussaint rouge", signifiant le point de départ de la guerre d'Algérie. Une guerre longue et ô combien tragique pour les différents camps.

Coup d'éclat du FLN

Cette "Toussaint rouge", appelée ainsi par les autorités françaises, s'est réalisée sur l'ensemble du territoire algérien, avec une concentration de frappes dans l'Aurès et en Kabylie, par le Front de libération nationale (FLN), réalisant son premier coup d'éclat. L'organisation indépendantiste, et sa branche armée, l'Armée de libération nationale, prit ainsi de court les autorités françaises mais aussi les autres mouvements indépendantistes algériens, dont le Mouvement national algérien (MNA), qui cherchait une issue pacifique pour l'indépendance. Non seulement cette voie-là était vouée à l'échec, et pis, les exactions françaises restent dans les esprits, avec le massacre de Sétif survenu le 8 mai 1945, le jour même de la capitulation allemande, signifiant la fin de la guerre pour la France.

Par cette action, le FLN a su unifier autour de lui les différents mouvements indépendantistes dans leur détermination à avoir une Algérie indépendante, quitte à devoir prendre les armes contre les "pieds-noirs" français, et les musulmans défenseurs de l'Algérie française, i.e les harkis, dont le positionnement connut une issue tragique au moment de l'indépendance.

Incompréhension française

Du côté français, cette violence est d'autant plus incomprise que la colonisation de l'Algérie est ancienne (1830) et qu'on parla à l'époque des "événements d'Algérie". Signe que la France ne comptait pas lâcher ce territoire, organisé en départements (ne parlait-on pas de la France allant "de Lille jusqu'à Tamanrasset"?), et dépendant non pas du ministère des Colonies, mais de celui de l'Intérieur (le ministre en place à ce moment-là était un certain... François Mitterrand).

Une incompréhension vite remplacée par une réaction militaire pesante, plus de 500.000 soldats du contingent ont fait leur service militaire durant cette guerre, un pouvoir politique dominé par la SFIO, ancêtre du Parti socialiste, devenu instable, qui a laissé les mains libres aux généraux à partir de 1956, et c'est cette guerre qui aura eu raison de la IVe République en mai 1958, permettant à Charles de Gaulle de reprendre le pouvoir. Même si c'est une victoire militaire, c'est une défaite politique et morale car les autres puissances, dont les États-Unis et l'URSS, exhortaient la France de lâcher l'Algérie, et des intellectuels français, tels Jean-Paul Sartre et Frantz Fanon, ont pris fait et cause pour les indépendantistes algériens, rappelant aux dirigeants français leurs contradictions avec le principe "du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes", qu'ils érigent en valeur de la République française depuis la Révolution de 1789.

En tout cas, cette guerre reste "un passé qui ne passe pas", de part et d'autre de la Méditerranée.

Commenter cet article