Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un fragile soutien des communistes à Mélenchon

Publié le par JoSeseSeko

Photo: AFP

Photo: AFP

Une courte majorité des militants communistes a voté le ralliement autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, samedi 26 novembre, rejetant l'idée d'une candidature typiquement communiste, que voulaient la majorité des cadres du Parti communiste. Un signe d'une fracture désormais publique au sein du parti.

"Insoumis à leur direction, les militants votent Mélenchon pour 2017" titre le magazine Marianne (cf lien n°1), suite à la publication des résultats du vote des militants communistes, samedi 26 novembre. En fait, 53,6% des militants ont choisi l'option Mélenchon quand les 46,4% restants défendaient une candidature communiste. Ce qui va clarifier la situation à la gauche du Parti socialiste, vu que par ce vote, Mélenchon pourrait être assuré d'avoir les 500 parrainages nécessaires pour être officiellement candidat à l'élection présidentielle.

Un dilemme

Ce résultat est un camouflet pour la direction du Parti communiste français (PCF), qui avait opté, début novembre, pour une candidature autonome, quitte à concurrencer celle de Mélenchon et lui mettre des bâtons de roue, vu combien les relations s'étaient refroidies entre le cofondateur du Parti de gauche (PG) et le PCF, ces deux partis étant les principales composantes du Front de gauche (FG), une coalition de gauche radicale née en 2009.

Mais vu combien le choix majoritaire est loin d'être large, c'est une fracture dans le PC qui s'organise, cristallisée par la personne de Mélenchon. Et même si l'option alternative proposée était adoptée par les militants, ça n'en restait pas moins un dilemme. Pis, le PC aurait eu l'image d'un parti qui divise la gauche radicale au lieu de la rassembler, à l'heure où le PS s'enfonce dans l'abîme et que c'est l'occasion rêvée de reprendre l'hégémonie de la gauche au parti de la rue de Solférino. Ce qui aurait offensé les cocos. Maintenant, le choix adopté reste un dilemme pour les communistes car ils se retrouvent un peu en arrière-plan de la France insoumise, comme ils l'étaient déjà pour Mélenchon en 2012 car l'eurodéputé était le candidat du FG à l'époque.

Quel type de soutien?

Face à cette donne, une question se pose: comment le PCF compte-t-il soutenir la FI et son candidat? Plusieurs réponses peuvent venir à l'esprit. D'abord, le soutien politique, avec les élus apportant leurs parrainages, puis les militants permettant de trouver, de remplir des salles pour des meetings sur l'ensemble de la France. Ensuite, le PC peut offrir un soutien programmatique, en contribuant aux idées défendues par la FI. Mais ça semble bien plus délicat dans la mesure où des positionnements politiques sont assez opposés, comme par exemple l'Union européenne (UE); le PC mise sur une "réforme de l'intérieur" de l'UE tandis que la FI envisage de construire un "plan B", menant à une sortie des traités européens dans ce cas de figure. Donc fin de la France dans la zone euro et dans l'UE. Cette divergence reste présente. Ça indique combien ce soutien communiste est limité dans le fond.

Régler les législatives

En outre, un autre écueil peut vite irriter les esprits, c'est la répartition des candidatures aux législatives de juin 2017. En effet, dans l'hypothèse d'une candidature communiste, la FI envisagea que le mouvement ait des candidatures dans toutes les circonscriptions pour les législatives. Ce qui signifie faire de la concurrence au PC. Mais avec le ralliement des communistes, il faudra bien arriver à se mettre d'accord pour répartir les candidatures. Quel pourcentage de candidats FI en fait encartés au PC, aux législatives? Et comme du côté du Colonel Fabien, ça tient à avoir des élus, la négociation promet d'être âpre sur ce point.

Commenter cet article