Mélenchon à la croisée des chemins!

Publié le par JoSeseSeko

Mélenchon à la croisée des chemins!

Cela fait un petit bout de temps que je n'avais pas parlé de politique.
Le week-end dernier, au 3ème congrès du Parti de Gauche, dont il est l'un des fondateurs et le co-président, Jean-Luc Mélenchon s'est de nouveau distingué parmi les principaux leaders politiques à la gauche du Parti Socialiste, actuellement au pouvoir, en pointant du doigt notamment le ministre de l'économie Pierre Moscovici et ses collègues européens à propos de la gestion (pas forcément résolution) de la crise chypriote, qui fait rappeler pour qui en doutait encore que la sortie de crise de la zone euro n'est pas (encore) pour demain (d'autant plus que le chômage en France a atteint son triste record de janvier 1997 au mois de février, et il faut s'attendre à ce que cela empire, vu l'incertitude, la trouille qui existe par rapport au long terme). Revenons-en à Mélenchon, qui considère que le ministre de l'économie pense "en finance internationale" au lieu de penser "en français" et qu'avec ses collègues européens au même poste (ministre de l'économie), il s'agit d'un groupe de "salopards", reprenant une expression d'un de ses lieutenants, François Delapierre. Ce qui lui vaut de la part de certains mass media une accusation d'antisémitisme -ce qui est bien surprenant et laisse un arrière-goût d'étroitesse d'esprit de leur part- mais Mélenchon en rajoute une couche et leur facilite la vie (voir liens annexes).
Or, le problème est le suivant: Mélenchon se fait rouler dans la farine par les médias, contrairement à ce qu'il dit, et se laisse emporter dans son énergie à critiquer les "puissants" au niveau micro, alors que son analyse au niveau macro (dernier exemple: Chypre) n'est pas à jeter! Mais il devient de plus en plus inaudible!

Maintenant, deux portes s'ouvrent:
- la 1ère (qu'il emprunte peu à peu), celle de la colère (qui est compréhensible), mais qui fait rarement passer un message alternatif, positif à toutes les classes sociales, voire même qui peut faire fuir la classe sociale qu'on est censé représenter et donc, des électeurs en moins. Parler dru et cru ne marche pas toujours! De plus, s'attaquer au PS sans faire gaffe au danger de l'Union pour un Mouvement Populaire et du Front National risque davantage de renforcer ces derniers que de renforcer la gauche radicale (dont se trouve le PG).
- la 2ème, celle de la sagesse, de la proposition (et il a des idées sous le coude, ça me parait plausible, plus une cohérence intellectuelle avec le socialisme, voire l'écosocialisme), en prenant du recul, un brin d'ironie mais surtout un ton plus pédagogique, plus pluraliste sans être monsieur-je-sais-tout et tout en restant cru (difficile équation à résoudre). Et là, les électeurs les moins enclins au côté colérique de Méluche tendront davantage l'oreille, et peut-être seront convaincus, d'autant plus que c'est un très bon orateur (sa campagne lors de la présidentielle de l'an dernier l'accrédite de ce côté-là).


J'exprime d'autant plus ceci car je fonde un certain espoir dans cette coalition formée par le Parti de Gauche, le Parti Communiste plus d'autres partis qu'est le Front de Gauche, mais le danger de la cristallisation autour de JLM seulement, et le problème du manque de pluralisme au sein du parti, et au-delà (le FG) peut inciter certains intellectuels, économistes, pourtant en phase, à vouloir partir.

Annexes:
http://www.rue89.com/2013/03/26/melenchon-attaquent-les-medias-prout-prout-les-journalistes-cures-240873
http://www.rue89.com/2013/03/26/melenchon-chypre-etait-juste-point-comprendre-240874
http://www.marianne.net/A-propos-de-l-antisemitisme-de-Melenchon_a227707.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article