Ça Valls à Matignon

Publié le par JoSeseSeko

Ça Valls à Matignon

Lundi 31 mars (au moins, ça n'est pas une blague vu que nous sommes le 1er avril), le premier ministre Jean-Marc Ayrault est éjecté de sa place, payant la branlée du Parti socialiste aux municipales du 30 mars (la veille). Le président François Hollande n'a pas eu d'autre choix que de virer un homme qui était un de ses plus proches collaborateurs avant l'élection présidentielle de 2012. Du coup, qui le remplace? Eh ben, c'est Manuel Valls qui devient le nouveau locataire de l'hôtel Matignon, lui qui était auparavant ministre de l'Intérieur.

En tout cas, pour celles et ceux qui espéraient un changement de politique de la part du pouvoir exécutif, on peut dire que le changement, ce n'est pas maintenant! Valls est le prototype de l'aile droite du PS, pris sous l'aile de Michel Rocard, ancien premier ministre sous le second mandat de François Mitterrand, plaçant sur un piédestal l'économie de marché (donc, social-libéral), gérant les minorités comme si elles n'étaient que des "racailles à nettoyer au kärcher" (ressemblance à l'ancien président Nicolas Sarlozy), à l'efficacité limitée (comme tout personnage qui se droitise avec l'âge). En outre, faux justicier, il s'est posé en censeur envers Dieudonné M'bala M'bala en début d'année, pensant de manière hautaine qu'il n'en ferait qu'une bouchée, et il s'est cassé quelques dents.

Bref, c'est une triste danse qu'offre Hollande, et un signal de mépris envers les électeurs de gauche qui l'ont élu en 2012, envers les partis de gauche et d'extrême-gauche (Europe écologie-les Verts, Mouvement républicain et citoyen, Front de gauche, Nouveau parti anticapitaliste), d'ailleurs, le parti écologiste est plus que jamais incité à quitter le gouvernement, avec cette nomination, et à danser sur un autre pied. Le fera-t-il, par question de cohérence intellectuelle? Pas sûr car les places et le pouvoir sont de dangereux aimants, corrompant bien des esprits.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article