Défendre Hapsatou Sy ou attaquer Eric Zemmour? Telle est la question!

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Capture d'écran

Photo: Capture d'écran

Les propos d'Eric Zemmour sur les prénoms ne sonnant pas français, notamment envers Hapsatou Sy dans l'émission "Les terriens du dimanche" de Thierry Ardisson, suscitent la réprobation de la part des afro-descendant(e)s, qui restent divisé(e)s sur le soutien à apporter à Sy, dont les positions au sujet du racisme (institutionnel) sont loin d'être convaincantes. Mais l'essentiel n'est pas "faut-il défendre Sy?", il est ailleurs.

Ces derniers jours, les réseaux sociaux mettent en avant les propos d'Eric Zemmour dans l'émission "Les terriens du dimanche" de Thierry Ardisson, fustigeant les prénoms qui ne sont pas de résonance française, ne correspondant pas à ceux des saints figurant dans le calendrier, et tout particulièrement celui de la chroniqueuse de l'émission, Hapsatou Sy, clamant sans vergogne que la mère de Sy a eu "tort" de prénommer sa fille Hapsatou. Et encore, ce passage a été partiellement coupé, comme tient à le démontrer Sy dans la vidéo ci-dessous:

Et il est bon de rajouter que le prénom de Zemmour, Eric, a des racines scandinaves. Puis comme il est d'origine algérienne et de culture juive, c'est assez risible de le voir jouer les donneurs de leçons qu'il n'a jamais apprises de toute façon.

Faut-il défendre Sy?

Du coup, entre afro-descendant(e)s, la question d'apporter son soutien à Sy se pose. Pourquoi? Il devrait aller de soi que Sy, une afro-descendante qui se prend une remarque raciste et crasse dans la tronche, soit défendue, vu que personne sur le plateau ne l'a réellement fait, encore moins Ardisson, l'animateur. Mais son cas divise car sa pensée est ouvertement capitaliste, et pour des afro-descendant(e)s qui mettent en lien capitalisme et racisme, c'est délicat. Mais surtout, elle a défendu Willy Sagnol, alors entraineur des Girondins de Bordeaux, déclarant que les avantages du joueur africain sont de n'être pas cher, d'être puissant physiquement, mais de ne pas être technique. Ce qui est de la négrophobie pure et dure mêlée à de l'exploitation capitaliste soit dit en passant. Mais Sy considérait que c'était de la "maladresse", que ça invente une polémique et qu'elle "ne croit pas une seconde" que Sagnol soit raciste.

Du coup, deux lignes se mettent à jour: soit le soutien inconditionnel, soit le soutien critique. La première stipule qu'il s'agit de soutenir une personne victime de propos racistes, négrophobes en l'occurrence ici, quelle que soit sa position sociale. C'est ce que défendent les afroféministes. La seconde met en avant le passé, voire le passif d'une personne qui suit le mainstream sans trop sourciller sur le racisme, sauf quand elle se retrouve attaquée, et qu'il ne faut pas oublier cela, en écho au slogan des manifs contre les violences policières "on n'oublie pas, on ne pardonne pas". Et les afroféministes reprochent ce genre de point de vue car il cacherait une misogynoir (sexisme envers les noires) de la part des noirs. Par conséquent, des tensions existent au sein des afro-descendant(e)s sur ces tactiques qui ont chacune leur rationalité. Perso, s'il fallait opter pour une stratégie défensive, je serais davantage sensible à l'idée d'un soutien critique, mais je ne veux pas m'opposer envers les tenant(e)s d'un soutien inconditionnel car leur attitude est respectable, voire même noble, magnanime de leur part.

La meilleure défense, c'est l'attaque

Mais quelque part, à mes yeux, l'essentiel n'est pas sur le soutien envers Sy. Et comme dit le proverbe "la meilleure défense, c'est l'attaque". Par conséquent, il faut viser d'abord Zemmour. Sy a déposé plainte. C'est un début. Il faut continuer à faire pression sur Zemmour, le dénoncer tous azimuts, et en aucun cas se laisser intimider par lui ou ses partisans chouineurs qui hurleraient à la censure si jamais il n'était plus invité dans les médias, alors qu'il a ses chroniques sur RTL ou Le Figaro depuis des décennies. Ensuite, s'occuper d'Ardisson. La séquence montre combien le présentateur n'a pas levé le petit doigt envers sa chroniqueuse. Pis, il en rajouté une couche dans la presse en évoquant les problèmes fiscaux de Sy. Un comportement de délateur, de collabo. Mais de la part d'un royaliste revendiqué, est-ce si étonnant que cela? Non! En conséquence, le boycott de son émission serait la meilleure des réponses, ce qui ferait peur aux annonceurs publicitaires et puis à la chaine C8 qui diffuse l'émission. C8, qui est du groupe Canal+ de Vincent Bolloré. Vous savez, ce capitaliste symbole de la Françafrique, de cet impérialisme français, voire occidental, qui pompe les structures économiques et sociales des pays africains et qui, à droite mais aussi à gauche, se plaint de l'arrivée d'immigré(e)s africains sur le vieux continent sans condamner la présence des "expatrié(e)s" - pour ne pas parler d'émigrés - sur le continent berceau de l'humanité.

Cette affaire permet aussi de relever l'attitude des Tartuffes du racisme made in France, qui font dans l'universalisme masquant un particularisme français, comme lors de la victoire de l'équipe de France de foot en coupe du monde, et qui se plaignent dès qu'une personne ose parler de racisme institutionnel. En voici des exemples.

Et comme ces personnes se présentent comme adversaires du Rassemblement national (nouveau nom du Front national) et de ceux qui en véhiculent les thèses, dont Zemmour, le parti d'extrême-droite n'aura rien à craindre d'eux. Au contraire, ils déroulent peu à peu le tapis rouge(-brun), tellement leur aliénation universaliste, fraternaliste - au sens qu'en donne Aimé Césaire dans sa "Lettre à Maurice Thorez" - est sidérante pour des esprits plus lucides.

Voilà quelque part la stratégie à suivre. Elle a l'avantage de permettre un bloc unitaire entre les antiracistes, et l'esprit offensif est souvent récompensé. À bon entendeur!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
6
L'incitation à la haine n'est pas une opinion:voilà ce qui est reproché à Eric Zemmour.Or la banalisation des messages de haine met en danger la démocratie : voilà pourquoi j’ai bien volontiers signé la pétition d’Hapsatou Sy.Eric Zemmour s’est fait une spécialité dans l’attaque frontale de la diversité humaine de la France en suivant servilement ses devanciers d’extrème-droite de l’entre deux-guerres.François Morel et Nabilla,chacun dans son style,ont répondu avec beaucoup d’esprit à cette énième provocation qui suscite l’indignation.A l’évidence cet Eric Zemmour ne se rend plus compte qu’il s’est aventuré sur une pente de plus en plus dangereuse,celle de la délinquance.
Répondre