exécution de Marie-Antoinette

Publié le par JoSeseSeko

exécution de Marie-Antoinette

Un petit peu d'histoire pour s'échapper de l'atmosphère économique et politique actuelle.

Aujourd'hui, mercredi 16 octobre 2013 (ou 24 Vendémiaire an CCXXII), rappelons-nous qu'il y a 220 ans tout juste, Marie-Antoinette d'Autriche, fille de l'empereur François Ier du Saint-Empire, tante de François Ier d'Autriche, femme du roi Louis XVI et donc reine de France, fut guillotinée dans l'actuelle place de la Concorde (s'appelant à l'époque place de la Révolution), à Paris.

Autant le dire de suite, et contrairement au mythe qui s'est fait depuis sa mort, Marie-Antoinette n'a rien d'une douce femme innocente, d'une reine martyre que la Révolution aurait vu broyer exprès parce qu'elle était "l'Autrichienne"! Au contraire, c'est une femme conservatrice à l'extrême, n'hésitant pas à courir à droite, à gauche auprès de certains gentilshommes français ou étrangers de l'époque, ennemie déclarée de la Révolution et de toute forme de progressisme, dépensière notoire (Necker n'y manquera d'y faire des comptes), et "tête à vent" comme cela n'est pas permis, quitte à emmener son royal mari dans sa chute, donc celle de la monarchie pour faire place nette à la République.

Sa condamnation à mort a été réalisée pour le motif de haute trahison envers la France (encore en monarchie constitutionnelle au moment des faits reprochés puisque la France a déclaré la guerre à l'Autriche en 1792), sur lequel les preuves étaient rares mais présentes. En effet, la "tête à vent" a écrit une lettre à son amant, Axel de Fersen, sur les dispositifs militaires français et comment les abattre facilement afin qu'elle et son mari, Louis XVI, retrouvent leurs droits, ainsi que les nobles émigrés (et traitres au pays). Cette correspondance est signe d'entretien d'une intelligence avec l'ennemi (intelligence dans le sens de renseignements, ce que l'on retrouve en anglais avec l'exemple de la CIA). Pour autant, l'histoire de Marie-Antoinette a renforcé un machisme (hélas) très présent aujourd'hui dans la sphère politique, desservant ainsi les féministes qui ne s'y reconnaissent pas, bien au contraire!

 

Vive la République, vive la France!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article