Napoléon Bonaparte: l'oublié ou l'ennemi de la République?

Publié le par JoSeseSeko

Napoléon Bonaparte: l'oublié ou l'ennemi de la République?
Napoléon Bonaparte: l'oublié ou l'ennemi de la République?

Voici un article écrit le 3 septembre 2012, sur Napoléon Bonaparte:

Dans un entretien réalisé pour le Journal Du Dimanche paru hier, l'académicien Jean-Marie Rouart tente de donner une autre image de Napoléon 1er, empereur de 1804 à 1815 (avec l'interruption de 1814), comme celle d'un dépressif, d'un suicidaire (notamment sur le pont d'Arcole durant la campagne d'Italie en 1796, grandement illustré par le peintre Gros ci-dessus, servant de propagande alors que bien d'autres généraux durant cette même campagne ont été bien plus exposés face à l'ennemi autrichien tels Dumas par exemple, mais on enterre vite les véritables héros. ^^), que c'est un sauveur de la France républicaine dans le contexte de l'époque, etc. Et l'académicien reproche que les autorités françaises ne rendent pas hommage à Napoléon, au moment où en Russie, on célèbre en grandes pompes (avec Poutine en tête de gondole) le bicentenaire de la Campagne de Russie, avec en ce moment la bataille de Borodino, plus connue comme la bataille de La Moskowa, pour faire croire que Moscou est proche bien que le champ de bataille fut à près de 120 kilomètres de la capitale russe.
Bref, Jean-Marie Rouart soutient l'idée que Napoléon est un homme qui sauva la République, qui se comporte en ingrate envers lui. Mais derrière cette intention louable, se cache des oublis (volontaires, je crois de sa part).

Une fois arrivé au pouvoir, Napoléon Bonaparte s'est empressé de faire sauvegarder les lois de la Révolution, mais celles qui précédaient 1792 et la proclamation de la République. N'a-t-il pas rétabli l'esclavage en 1802, alors que les Jacobins, ses anciens protecteurs à ses débuts (protégé notamment par Augustin Robespierre, le frère de Maximilien Robespierre), l'avaient aboli en 1794? N'a-t-il pas envoyé les ultimes Jacobins ou autres républicains en prison de manière arbitraire, sans preuve de culpabilité, après l'attentat de la rue Saint-Nicaise le soir du 24 décembre 1800 (3 nivôse an IX)? N'a-t-il pas révoqué les soldats les plus attachés à la République, les soldats de couleur tels Dumas?

Il ne faut pas se tromper. Napoléon est oublié par la République car elle n'est pas ingrate envers lui, elle a même gardé bonne mémoire de ses méfaits car il l'a mise dans un coma profond au moment d'être reconnu empereur par le sénatus-consulte de mai 1804, puis le couronnement à Notre-Dame le 2 décembre 1804, sous les yeux du Pape Pie VII.
Pour finir, je cite Napoléon qui dit en 1803: "jusqu'à mes 16 ans, je me serais battu pour Rousseau contre tous les amis de Voltaire. Aujourd'hui, c'est tout le contraire." Cette phrase illustre parfaitement l'évolution anti-républicaine de Bonaparte, avec les exemples que j'ai donné plus haut dans l'article, d'autant plus que Rousseau fut la référence des Jacobins, Robespierre en tête.
Voilà ce que j'avais à dire sur ce sujet, que je connais très bien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article