Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La danse de la mort continue sans arrêt

Publié le par JoSeseSeko

Photo: AP/Adel Hana

Photo: AP/Adel Hana

L'opération "bordure protectrice" menée par le gouvernement israélien de Benyamin Netanyahu, aussi cynique (au sens contemporain du terme) que la "Solution finale", continue son bilan de cadavres, quels que soient leur âge.

Mieux, personne n'est à l'abri à Gaza. Y compris du côté de l'Organisation des nations unies, puisqu'une école de l'ONU a été la cible de tirs israéliens provoquant 15 morts, jeudi 24 juillet. Des enfants et des employés de l'institution internationale. Bien sûr, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU, a condamné ces frappes israéliennes, mais cela n'est que de la parole. S'il condamnerait vraiment les exactions de Tsahal à Gaza, il faudrait que l'ONU, donc l'ensemble des pays de la planète, sanctionne Israël de cette forfaiture. Or, le seul moyen de le faire est de faire un embargo, pour que le gouvernement israélien se rende compte que sa politique de gangster sera réprimandée économiquement, et que le respect du droit international (création de l'État palestinien sur les frontières de 1967) prime. Mais cela n'a l'air de devenir qu'un vœu pieux car d'une part, Israël est un pays développé, et donc a de la puissance qui fait qu'il a pour alliés des pays développés également (États-Unis et peu à peu, la France), et d'autre part, en raison de ces alliances avec des États pouvant user et abuser de leur droit de veto, l'ONU est bloquée, impuissante, et ne peut se contenter de compter les morts, au fur et à mesure du temps qui passe.

Mais à force, cela va rendre les manifestants du monde entier, plus radicaux dans leur solidarité avec la Palestine. D'autant plus si des manifestations à ce sujet demeurent sujettes à interdiction, comme c'est le (triste) cas en France. Le gouvernement de Manuel Valls, ne peut être tranquille, grince les dents, et rajoute de l'excitation de casseurs, d'extrémistes pro-palestiniens et pro-israéliens, qui veulent en découdre. Encore plus avec l'interdiction de la manifestation prévue samedi 26 juillet à Paris. Une nouvelle interdiction en France, le seul pays occidental agissant de la sorte, c'est assez honteux de le constater ainsi. Avec l'abstention de la France sur le conflit israélo-palestinien à l'ONU, mercredi 23 juillet, c'est un bras d'honneur de plus fait à l'esprit des révolutionnaires de 1793, qui forgèrent la République. En tout cas, ces derniers jours, c'est un déchaînement des passions qui défile sur les réseaux sociaux, dans les partis politiques, et la raison est bottée en touche, ainsi que le droit international. Bref, on ne peut plus, on ne veut plus débattre sereinement, sur ce sujet, comme sur d'autres. Et qui y gagne? Le plus fort, autrement dit, le possédant, le capitaliste!

Commenter cet article