Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le serpent Valls hypnotise de moins en moins l'Assemblée

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Reuters

Photo: Reuters

Le deuxième examen de confiance de Manuel Valls est passé, mardi 16 septembre. 269 votes pour, 244 contre, 53 abstentions. Dont 31 du Parti socialiste, le parti du Premier ministre.

Ce vote de confiance est bel et bien plus étriqué qu'en avril dernier puisqu'en avril, 306 députés avaient voté la confiance auprès de l'hypnotiseur Kaa Valls (semblable au serpent Kaa dans la version Disney du Livre de la jungle, voir vidéo ci-dessus), et 11 absentions parmi les socialistes. Là, il n'a qu'une majorité relative car 269 votes pour sur 577 députés, ça ne respire pas la grande confiance. En outre, et c'est plus aggravant pour lui, les députés socialistes "frondeurs" (mais couilles-molles quand même) ont quasiment triplé en tant qu'abstentionnistes entre avril et septembre et les députés écologistes se sont presque tous abstenus. Signe que la majorité présidentielle est bien étriquée.

Mais c'était bien prévisible et c'est bien chanceux pour le fossoyeur Valls d'avoir eu ce vote de confiance favorable. Après tout, il traine la défaite des élections européennes, il continue dans ce suicide économique qu'est le pacte de responsabilité, le braquage à 50 milliards d'euros est maintenu malgré la menace de la déflation et dans le registre: "c'est pas moi, c'est l'autre!", ses charges contre Berlin et Bruxelles par rapport à la politique d'austérité qui serait imposée par autrui et pourtant acceptée par Paris, puis enfin la gaffe du nouveau ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, à propos des salariées illettrées de l'usine Gad en Bretagne, renforcera l'inimitié que porte la classe ouvrière envers le gouvernement social-libéral, où il y a tromperie sur la marchandise par rapport aux élections de 2012.

En tout cas, pour quelqu'un qui se dit "socialiste", il fait partie (avec le président François Hollande) de ceux qui détruisent l'héritage de Jaurès, 1 siècle après son assassinat.

Commenter cet article