Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Police partout, justice nulle part au pays du Klan

Publié le par JoSeseSeko

Photo: AFP/Mark Makela

Photo: AFP/Mark Makela

Le titre de l'article, qui est un slogan utilisé notamment par les anarchistes, dont l'origine vient de l'écrivain et homme politique français Victor Hugo, peu avant le Coup d'État mené par Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851, peut avoir de beaux jours devant lui aux États-Unis.

Un grand jury à New-York a décidé d'émettre un non-lieu envers un policier blanc, accusé d'avoir tué un noir, Eric Garner, soupçonné de revente de cigarettes, après une interpellation musclée, en juillet 2014. Des manifestations ont eu lieu dans la ville à la suite de cette annonce.

Une vidéo coupable

Cela aurait pu passer mais le problème est qu'un témoin a filmé l'arrestation mortelle d'Eric Garner, et que sur cette vidéo, on voit 4 policiers blancs contre un noir (c'est dire le courage de la police. ^^), mais surtout on entend la victime signaler à ses tortionnaires (on peut le dire) qu'il a de plus en plus de mal à respirer. Voilà comment un noir de 43 ans, père d'une famille nombreuse (6 gosses) perd la vie. Et cette vidéo tourne sur Internet, montrant la vérité des faits. Mais ce grand jury n'en a eu cure. Des manifestations de la part des Afro-américains se sont déroulés mercredi 3 décembre, à l'annonce de cette décision. Et cela pourrait bien continuer et s'étendre sur l'ensemble du territoire états-unien.

La presse états-unienne est particulièrement remontée avec cette histoire. Le New York Times, dans son éditorial du 3 décembre, déclare qu'un "homme innocent est mort". Pis, l'officier qui l'a tué a utilisé "des tactiques interdites pour brutaliser un citoyen qui n'était pas belliqueux, n'a posé aucun risque du vol, n'a brandi aucune arme et a été lourdement dépassé". Le Washington Post s'insurge également contre cette décision à travers un éditorial critique: "Cette fois, il y a eu littéralement des millions de témoins oculaires. Qu'on me dise, même dans l'absolu, combien il en faudrait. Est-ce qu'il faut un nombre minimum de témoins? Ou est-ce que 'l'égalité de tous devant la loi' n'est en fait qu'une blague cruelle?"

Cumul de l'impunité blanche

En tout cas, ce jugement renforce un sentiment d'impunité qu'a la police envers la population noire en particulier puisque ça intervient peu après l'acquittement accordé à Darren Wilson, policier blanc ayant abattu de plusieurs balles Michael Brown, un Afro-américain de 18 ans, soupçonné selon la police d'avoir (peut-être) une arme sur lui, plaidant ainsi la légitime défense, ce que d'autres témoins infirment, parlant d'un Brown ayant les bras en l'air au moment des coups de feu, à Ferguson, dans le Missouri. Ou encore un policier qui tue un enfant noir de 12 ans à Cleveland, dans l'Ohio, ce dernier jouant avec une arme factice.

Ces événements montrent à quel point l'administration Obama (Démocrate), aux prises avec une cohabitation avec un Congrès acquis à la cause des Républicains, n'arrive pas à enrayer ce processus, pour ne pas dire qu'elle laisse faire. Le ressenti du "deux poids-deux mesures", aux États-Unis, comme en France, où une exposition pseudo-antiraciste a droit de cité, avec une défense partielle de la gauche, pour les Afro-descendants vivant dans ces pays, grimpe dans les esprits, emmenant dans ses bagages une probabilité de violence qui trouve sa justification dans l'absence de justice, de respect, de dignité envers eux. En outre, la grande majorité des Afro-américains est issue de la classe ouvrière. Par conséquent, elle se fait tuer par les forces de l'ordre bourgeois (majoritairement blanc dans sa composition). Ce qui fait rappeler que le concept de racisme institutionnel, initié par l'un des meneurs des Black Panthers, Stokely Carmichael, c'est-à-dire, le fait que ceux qui commettent un acte raciste sont protégés par les institutions nationales, et que les victimes ne pourraient fondamentalement et collectivement s'élever socialement. Ou encore, combien George Orwell avait raison dans la Ferme des animaux: "Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres."

Commenter cet article