Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pas question de critiquer la Françafrique!

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Maxppp

Photo: Maxppp

Un rapport parlementaire sur la politique africaine menée par l'État a été mis en touche, car contenant des critiques acerbes sur les relations entre la France et l'Afrique francophone.

Dans son numéro du mercredi 22 avril, le Canard Enchaîné raconte comment la députée socialiste Élisabeth Guigou, présidente de la Commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale, a retoqué un rapport "qui ne lui plaisait pas", selon l'hebdomadaire satirique, qui indique que l'ancienne Garde des Sceaux du gouvernement Jospin serait tentée de prendre la place de Laurent Fabius au ministère des Affaires étrangères, en citant un député socialiste bien au fait.

Une France "mal vue en Afrique"

Ce rapport, coécrit par Philippe Baumel (PS) et Jean-Claude Guibal (UMP), vise particulièrement le pouvoir exécutif par sa gestion des relations avec les pays africains, notamment de l'Afrique francophone, concluant que "la France [est] aujourd'hui mal vue en Afrique" et que "la politique africaine de notre pays reste à inventer." Sur ce dernier point, il faudrait plutôt dire qu'il faudrait changer de politique africaine puisque la seule politique qu'applique Paris depuis les mouvements de décolonisation est celle de la Françafrique, à savoir, la mise en place d'un réseau initié par Jacques Foccart, le "Monsieur Afrique" de Charles De Gaulle, pour mettre en place des dirigeants dociles à la France et à ses intérêts économiques, indiquant ainsi combien des Bongo, des Biya, des Mobutu, des Bokassa, etc., sont des boulets infinis pour le continent. Et comme cela ne suffit pas, il faut aussi tourner à l'avantage de la France la francophonie, qui se veut être le (dernier) vestige de la puissance française dans le monde.

D'après le Canard Enchaîné, les auteurs montrent que la politique française en Afrique se borne à "des réactions en urgence, des interventions militaires", rappelant ainsi à notre mémoire les envois de troupes au Mali ou en Centrafrique depuis le début du mandat de François Hollande à l'Élysée. De même que ce n'est pas Laurent Fabius qui est en première ligne, mais Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Alors, il n'est pas étonnant de lire ceci: "le ministre de la Défense est ministre de l'Afrique."

Une politique intenable

Même s'il ne faut pas écarter l'hypothèse des relations personnelles puisque le locataire de l'Élysée et celui du Quai d'Orsay se sont longtemps affrontés quand le PS était dans l'opposition et que Le Drian s'est montré plus loyal, plus fidèle auprès de Hollande, cette prise de pouvoir dans la gestion des relations avec l'Afrique de la part de l'armée sur la diplomatie est difficilement solide à terme, selon Baumel et Guibal.

C'est tout l'axe de leurs tirs à boulets rouges envers le pouvoir contenus dans le rapport initial, d'après le Canard. Les deux phrases suivantes sont explicites:

  1. "Ces interventions militaires successives n'apportent pas d'apaisement durable, encore moins de paix définitive."
  2. "Cette situation n'est donc pas soutenable durablement, tant en termes politiques que militaires, tant en termes budgétaires que d'image de notre pays."

Vu comme ça, on ne peut qu'être d'accord avec eux. C'est du bon sens. Mais faut croire que dans ce domaine, comme dans d'autres, cette notion a disparu de la circulation depuis fort longtemps.

Commenter cet article

Yanick Toutain 23/04/2015 14:47

Seuls les naïfs n'ont pas compris
Le #ministredelAfrique est la #Franceàfric
http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/04/france-le-ministre-de-la-defense-est.html