Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Florange: cas pratique d'asymétrie d'information!

Publié le par JoSeseSeko

Florange: cas pratique d'asymétrie d'information!

Pour mon dernier article de l'année 2012, je compte revenir sur les événéments de Florange par rapport à la reprise ou non des hauts-fourneaux.

Comme vous le savez, les hauts-fourneaux de l'usine de sidérurgie de Florange, en Moselle, propriété d'Arcelor-Mittal, leader mondial de la sidérurgie, possédant des centaines de sites en France et ailleurs, sont à l'arrêt et Arcelor-Mittal a cherché à les revendre, tout en communiquant sur l'absence de pertes d'emplois dans ce site, et ce, avant le 30 novembre. Le gouvernement s'est interféré au fur et à mesure que l'échéance arrivait et au final, la direction d'Arcelor-Mittal décide de garder à l'arrêt les hauts-fourneaux de Florange, au grand dam des ouvriers du site, car considérés comme trop coûteux à l'exploitation, mais annonce des investissements sur le site pour les cinq prochaines années. Voilà pour un (bref) rappel des faits.

Maintenant, sur ce sujet, j'ai comme l'amère certitude que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a signé un chèque en blanc à Arcelor-Mittal, alors qu'il avait un désavantage initial par rapport à cette firme en matière d'information, et donc une asymétrie d'information de facto. Asymétrie d'information, késaco? Cela se définit comme "une situation dans laquelle deux agents économiques, dans le cadre d'un rapport d'échange ou d'un rapport non marchand, disposent d'une inégalité d'information." (Dictionnaire d'économie et de sciences sociales)

Ici, on y est dedans car le gouvernement n'a pas d'assurance sur les intentions d'Arcelor-Mittal en matière de production et d'emploi sur Florange et doit inciter la firme à révéler de l'information, ce qui est théorisé par le dilemne incitation/assurance dans la Théorie de l'Agence (problème principal-agent avec le gouvernement comme principal et Arcelor-Mittal en tant qu'agent). Pour inciter, la gouvernement a utilisé deux moyens:

-Faire croire en l'existence d'un repreneur pour les hauts fourneaux

-Nationaliser TEMPORAIREMENT le site en question

Autant le premier n'était pas crédible économiquement, autant le second était clairement incitatif, dans la mesure où les revenus issus de la production des hauts fourneaux iraient dans les poches de l'État, c'est d'ailleurs celui-ci qui était le plus revendiqué par le ministre du Redressement Productif Arnaud Montebourg, mais le Premier Ministre l'a botté en touche et à partir de là, Arcelor-Mittal ne se trouvait plus incité à livrer de l'information, des garanties au gouvernement. Au final, ce seront les ouvriers qui trinqueront, et qui sanctionneront davantage le pouvoir en place avec les prochaines échéances électorales!

Il fait bien sombre dans une région où les "noms des patelins se terminent par ange!"

Commenter cet article