Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommet Afrique-France ou plutôt sommet Françafrique?

Publié le par JoSeseSeko

Sommet Afrique-France ou plutôt sommet Françafrique?

Durant 48 heures, du 6 au 7 décembre, la France et son président, François Hollande, accueillent présidents, chefs de gouvernements ou diplomates, représentant 53 pays d'Afrique, à l'Élysée. Cette réunion tombe après une année 2013 (même si elle n'est pas encore finie) où la France a repris pied au niveau militaire, avec l'intervention au Mali, opération se transformant peu à peu en bourbier pour l'État. En outre, elle tombe au moment même où les tensions internes en République Centrafricaine poussent la France à y envoyer des troupes, ce qui est d'ailleurs applaudi par une bonne partie de la classe politique française, y compris au Front National, décidément hypocrite et bel et bien passéiste!

Donc, ce sommet s'inscrit sur la question de la sécurité, et donc de la Centrafrique. La mort de Nelson Mandela a permis de parler de manière plus discrète de ce sommet, comme quoi certaines mauvaises langues (ou des esprits qui regardent le long-terme, c'est selon) diront que Mandela a fait un nouveau pied de nez au continent africain, dont il n'a a pas empêché la violence guerrière comme au Congo-Zaïre en 1997, par exemple.

Justement, ce pays, avec Joseph Kabila -présent à Paris- a sa tête depuis 2001 et dont les réélections, notamment en 2011, sont de la mascarade, a signé une victoire contre la rébellion du M23 récemment, mais cette rébellion était appuyée par des pays voisins (Ouganda, Rwanda), et en plus par certaines puissances extérieures (Israël, États-Unis) qui tiennent à rester à couvert et qui polluent les relations diplomatiques entre pays africains.

Mais il ne faut pas oublier que la France, sous couvert de la sécurité, cherche aussi à retrouver une présence économique dans le continent, et notamment dans les pays francophones habituellement à sa botte, car la Chine, l'Inde ou le Brésil deviennent de grands partenaires (à défaut d'être des bons partenaires, notamment les chinois) économiques pour l'ensemble du continent. Cette présence est d'autant plus nécessaire pour pouvoir créer de nouveaux emplois, en profitant de la phase de croissance soutenue que connait le continent depuis le début de ce XXIème siècle, devenant un "eldorado" très convoité par d'autres pays, issus d'autres continents.

Toujours est-il que la politique de la "Françafrique" est perceptible à travers ce sommet, qui se transforme en un appel qui dit ceci: "je viens pour donner un coup de main temporaire (mais pourvu que ça dure), et j'exige coopération (voire soumission) de votre part, notamment au niveau économique." Une continuité navrante d'une politique qui ne fait que régresser la France, d'une part, et l'Afrique, d'autre part. Des citoyens l'ont bien compris et il serait temps de renoncer à cet orgueil néo-colonialiste, hautain, qui a perdu de son efficacité (et tant mieux). L'Afrique saura se défendre elle-même à la seule condition que les anciennes puissances coloniales ou d'autres puissances étrangères n'interfèrent plus dans les relations intra-africaines!

Commenter cet article