Changement d'ère au Sinn Féin

Publié le par JoSeseSeko

Photo: Sinn Féin

Photo: Sinn Féin

Gerry Adams, leader du parti depuis 1983, a cédé la place, dimanche 21 janvier, à Mary-Lou McDonald, précédemment vice-présidente du Sinn Féin. Symbole d'un changement de génération qui pourrait, peut-être, réaliser le rêve de la réunification irlandaise, tant l'Irlande du Nord digère toujours mal le vote du Brexit dans le reste de la Grande-Bretagne.

"C'est une page qui se tourne en Irlande, et aussi en Grande-Bretagne" écrit le média en ligne Grey Britain (cf lien) - dont je recommande chaudement la lecture, cher(e)s lecteurs/lectrices -. Et pour cause, le Sinn Féin a connu, dimanche 21 janvier, un changement à sa tête. Gerry Adams, leader charismatique et controversé du parti de gauche radicale depuis 1983, cède la place à Mary-Lou McDonald, députée du parti et auparavant vice-présidente. Ce choix reste encore à être entériné dans un congrès du parti, prévu pour le 10 février prochain.

Fin d'une génération

Ce départ de Adams marque la fin d'une génération, qui s'est battue durant la période des "troubles" en Irlande du Nord (1969-1998), sur fond de divergences politiques entre les républicains, nationalistes irlandais contre les loyalistes, unionistes britanniques, doublée d'une ségrégation religieuse - les républicains étant catholiques, les loyalistes étant protestants -. Adams, ainsi que Martin McGuinness, décédé en 2017, faisaient partie de cette minorité catholique discriminée en Irlande du Nord, prenant les armes avec l'Irish republican army (IRA) puis gravissant les échelons au sein du Sinn Féin, alors la branche politique de l'IRA à cette époque.

Bien que son rôle durant la période des "troubles" comporterait encore des zones d'ombre, Adams prit la tête du Sinn Féin en 1983 et mena, avec McGuinness à ses côtés, une politique d'autonomisation du parti vis-à-vis de l'IRA, une politique de négociation discrète avec les autorités britanniques puis un abandon de l'abstentionnisme électoral, afin de peser politiquement en Irlande du Nord, donc en Grande-Bretagne. Cette ligne suivie non sans heurts au sein de l'IRA et du Sinn Féin, a tout de même permis la réalisation des Accords du Vendredi Saint en 1998, avec en face le travailliste Tony Blair comme Premier ministre britannique, mettant officiellement fin aux "troubles" en Irlande du Nord, créant un Parlement pour cette partie de la Grande-Bretagne.

Une réunification envisageable?

Toujours est-il que la nouvelle dirigeante du Sinn Féin, native de Dublin, la capitale de la République d'Irlande, a des défis à relever. En premier lieu, confirmer la dynamique en faveur du Sinn Féin. En effet, ces dernières années, tant dans le Nord (Ulster) que dans le Sud (Eire) de l'île, le Sinn Féin, qui est le seul parti politique présent dans ces deux espaces, progresse électoralement. Principalement en raison de la crise économique qui a durement frappé l'Irlande en 2009, obligeant une grande cure d'austérité de la part des gouvernements successifs. Et lors des dernières élections législatives de février 2016, le Sinn Féin est devenu la troisième force politique de l'Eire, avec 15% des voix et 23 députés. Il faut que le discours du parti républicain a pris une tonalité davantage anticapitaliste, davantage socialiste qu'auparavant; mais aussi que Adams, pendant longtemps député en Ulster, s'est tourné vers la République d'Irlande pour s'y faire élire député à deux reprises.

Le deuxième défi de McDonald concerne l'Irlande du Nord. Appuyée en cela par Michelle O'Neill, qui mène la section nord-irlandaise du Sinn Féin depuis le décès de McGuinness, elle compte bien exiger un référendum sur une réunification de l'Irlande sous la bannière de la république. Il faut dire qu'en Ulster, le Sinn Féin a fait jeu égal avec le Parti unioniste démocratique (DUP) lors des dernières élections locales (2017), et que l'accord trouvé entre les unionistes et le gouvernement de Theresa May pour que le premier soutienne la locataire du 10 Downing Street, après les élections du mois de juin 2017. Il faut dire que le vote pour le Brexit, le 24 juin 2016, a complètement changé la donne car l'Irlande a voté pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, enfonçant ainsi une porte ouverte à l'idée d'une réunification qui pouvait paraitre un fantasme il y a encore deux ans de cela.

Peut-être que McDonald et ses camarades du Sinn Féin réaliseront le coup décisif pour aboutir au rêve de réunification, tant défendu par Adams et McGuinness durant des années à la tête du parti.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article