Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La loi "Renseignement" ou la loi "scélérate" du XXIe siècle

Publié le par JoSeseSeko

Photo: AFP/ALAIN JOCARD

Photo: AFP/ALAIN JOCARD

La loi renseignement, votée par l'Assemblée nationale ce 5 mai, a tout pour renforcer la surveillance des citoyens, au point d'être une atteinte à la vie privée, selon ses détracteurs.

L'américanisation de la France progresse avec force. La première étape de l'application de la loi sur le renseignement vient d'être franchie avec le vote par les députés de la loi, à une très large majorité, ce mardi 5 mai. Désormais, le jour de la naissance de Karl Marx, philosophe et économiste allemand, défenseur du communisme, de la liberté et de l'égalité, sera entaché de cette action des élus du Palais Bourbon.

438 votes pour

Sur les 566 députés ayant assisté au vote, 438 d'entre eux ont voté pour la loi. Il faut dire que ce sont majoritairement les députés du Parti socialiste (PS) et de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) qui ont porté ce vote, ce qui aura le don de renforcer pour certains esprits, notamment dans un Front national (FN) en crise interne, la thématique de l'UMPS. Mais dans le détail, certains députés socialistes tels Pouria Amirshahi ou Aurélie Filippetti, rangés depuis quelques mois chez les députés "frondeurs" du parti, ont voté contre, plus 17 abstentionnistes, tout comme à l'UMP, 35 députés ont voté contre, comme Bernard Debré ou Henri Guaino par exemple, ainsi qu'une vingtaine d'abstentionnistes.

En-dehors des deux groupes principaux, les autres groupes parlementaires ont donné leurs voix pour la loi renseignement, à deux exceptions près que sont le groupe écologiste et le groupe de la "gauche démocratique et républicaine". Les écologistes, comme Cécile Duflot ou Noël Mamère, ont majoritairement voté contre, de même que le groupe composé essentiellement du Front de gauche, avec les députés Marie-George Buffet ou encore André Chassaigne.

Patriot act français ou loi scélérate?

Les opposants à cette loi, pensant qu'elle introduirait une surveillance de masse des citoyens, comme ce fut le cas aux États-Unis avec le Patriot act, voté peu de semaines après les attentats du 11 septembre 2001 et qui est la source de scandales comme l'affaire Snowden, ont perdu une manche. Mais comme le Sénat n'a pas encore voté, un changement de programme peut s'installer. Toujours est-il que cette comparaison est loin d'être farfelue, vu qu'elle s'organise après les attentats du 7 janvier 2015 sur la rédaction du journal Charlie Hebdo, et la marche du 11 janvier, prouvant à quel point "l'esprit du 11 janvier", tant vanté par les politiciens et les mass media, est une illusion.

Mais plus qu'une comparaison avec Washington, c'est une référence avec l'histoire de la IIIe République qui devrait venir dans notre esprit. À la fin du XIXe siècle, les députés votèrent les "lois scélérates", visant les anarchistes suite à la vague d'attentats menés par ce groupe politique, dénonçant par cette méthode (la propagande par le fait) le mode de production capitaliste. Et pour faire coup double, les députés voulurent ainsi réduire les libertés des personnes ayant une pensée "subversive". Du coup, les élus socialistes pourfendirent cette loi, en particulier Jean Jaurès. Mais vu qu'aujourd'hui, ce sont des "socialistes" qui votent pour une restriction des libertés individuelles, le tribun de Carmaux doit se retourner dans sa tombe, tellement son héritage a été détruit, plus d'un siècle après son assassinat.

Commenter cet article