Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ebola, une maladie malthusienne?

Publié le par JoSeseSeko

Ebola, une maladie malthusienne?

Bon, il n'est guère intéressant de revenir, plusieurs jours après, sur une polémique liée au virus Ebola, qui est devenu fortement médiatique seulement depuis que des occidentaux en sont touchés. Mais les propos du chanteur Chris Brown, un produit jetable pour l'industrie musicale, furent pris pour de l'imbécillité par les bien-pensants.

L'esprit de Thomas Malthus

Le tweet lancé par le chanteur États-unien le 13 octobre est assez clair:

"Je ne sais pas... mais je pense que cette épidémie d'Ebola est une forme de contrôle de la population. La merde devient folle...". Cela a tellement choqué qu'il a du s'excuser aussitôt. Néanmoins, cela doit soulever des questions et de voir des références qui semblent dépassées mais qui retrouvent une certaine légitimité. J'ignore son niveau d'études (avec un a priori négatif, faut pas le nier), mais Chris Brown, par son tweet, rejoint, sans forcément le faire exprès, Thomas Malthus, pasteur anglican et économiste Anglais de la fin XVIIIe-début XIXe siècle.

Dans son grand œuvre, Essai sur le principe de population paru en 1798, l'économiste préconisait un contrôle de la population car la croissance démographique tournerait à la catastrophe économique, en raison de la différence de rythme. Malthus estima que la croissance a une suite géométrique (1, 2, 4, 8, 16, etc.), contrairement à la croissance économique, répondant d'une suite arythmétique (1, 2, 3, 4, 5, etc.). La recommandation que fit Malthus (contrôle de la population) se voulait être chrétienne (abstinence), en visant uniquement les prolétaires (les bourgeois ne sont pas des chauds lapins, faisant des gosses à tout-va. Quelle bonne blague!). Mais c'est vouloir empêcher l'arrivée "d'enfants de Dieu". Donc, voici une des multiples contradictions de l'opium du peuple, qui n'a qu'une obsession: maintenir l'ordre social avec la classe bourgeoise, pour continuer d'exister!

Ebola, une maladie sociale

Si on se réfère au niveau de richesse par habitant des pays qui ont recensé des cas d'Ebola depuis le début de cette nouvelle vague de la pandémie (Ebola existe depuis 1976) et le nombre de cas, on peut remarquer que la majorité des victimes sont issues de pays pauvres. En effet, avec les données du Fonds monétaire international, on peut s'apercevoir qu'en-dehors des États-Unis et de l'Espagne où des victimes d'Ebola ont été recensées, le Produit intérieur brut par habitant en parité de pouvoir d'achat n'excède pas les 6000 dollars (environ 4700 euros) dans les pays africains concernés par le virus.

En outre, ce qui peut renforcer le tweet de Chris Brown, et la référence à Malthus évoquée plus haut, c'est que le virus Ebola frappe une région du monde en forte croissance démographique qu'est l'Afrique Subsaharienne. D'après les données de l'Organisation des nations unies, l'Afrique Subsaharienne aurait une population de plus de 3,8 milliards d'habitants à l'horizon 2100, contre près de 188 millions en Europe de l'Ouest (qui serait moins peuplée qu'en 2010!) et 513 millions pour l'Amérique du Nord, pour la même année.

Voilà comment une polémique pourrait être capable de soulever des questions dans de multiples domaines.

Commenter cet article