Une reconnaissance de la Palestine, et vite!

Publié le par JoSeseSeko

Une reconnaissance de la Palestine, et vite!

Dans un contexte de violence quotidienne entre Israël et la Palestine, dont attentats et représailles sont le menu permanent du côté de Jérusalem et ses environs, les députés français discutent de la possibilité de reconnaître l'État palestinien. Ce qui pourrait être une étape décisive afin d'éviter un point de non-retour.

Une honnêteté intellectuelle

Si les députés votent pour la reconnaissance de l'État palestinien, actuellement dirigé par Mahmoud Abbas, issu du Fatah, un parti plutôt de centre-gauche aujourd'hui, ce serait signe d'une dynamique positive pour ce pays. En effet, les pays européens ont jusqu'à présent refusé de reconnaître l'Autorité palestinienne, sûrement en raison des liens économiques et politiques tissés avec Israël. Mais à force de voir la politique expansionniste et sanglante mené par le gouvernement nationaliste de Benyamin Netanyahu, doublée de la mauvaise foi de ce dernier sur la question de la colonisation des terres appartenant aux Palestiniens, des critiques se font sentir. Et du coup, un positionnement pro-palestinien renforcé. La brèche a été ouverte par la Suède, devenue depuis octobre 2014, le premier pays de l'Union européenne à reconnaître la Palestine. Ces derniers temps, la Grande-Bretagne a emboîté le pas.

Il serait bon que la France en fasse autant, pour au moins deux raisons:

  1. La première, c'est de ne pas être à la traîne sur la tendance à la reconnaissance au niveau européen, d'autant plus que cette reconnaissance de la part des élus de la République donnerait à la France une certaine crédibilité politique dans les pays arabes, notamment dans l'Afrique du Nord francophone (Maroc, Algérie, Tunisie). Ce qui serait, par ailleurs, un retour à une diplomatie pro-palestinienne initiée sous le général Charles De Gaulle, perdue au fil du temps et des présidences successives (sauf exception).
  2. La seconde raison est d'ordre intérieur: cette reconnaissance donnerait le gage d'un retour à une honnêteté intellectuelle de la France. En effet, l'un des principes phares défendus par la République, qui se targue d'être le pays "des Droits de l'homme" (encore que ça dépend de quels droits pour quels hommes) est "le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes". C'est ce que demande le peuple Palestinien. Or, il en est empêché par l'Israël, même si ce dernier nie cette accusation. Puis cela permettrait aux élus d'être en phase avec une opinion publique qui est encline à soutenir la Palestine, comme en témoignent les multiples manifestations qui se sont déroulées l'été dernier, au moment où Israël menait son opération "Bordure protectrice", contre les Palestiniens vivant dans la bande de Gaza.

Résistance aux lobbys

Mais cette reconnaissance est loin d'être acquise de la part des députés Français. Il va falloir que ces derniers résistent à différentes pressions, notamment celles des lobbys pro-israéliens expansionnistes, spécialistes dans le dénigrement de la Palestine, très médiatisés dans l'Hexagone par ailleurs, avec des têtes de pont telles les pseudo-philosophes Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy. Ce dernier mériterait d'ailleurs d'être surnommé le "Attila" de la pensée puisque là où il prend la parole, "l'herbe ne repousse pas".

Là, vous vous dites, chers lecteurs: "il exagère quand même." Vous croyez? BHL, comme il est surnommé chez les "mass media" prit la parole dans l'ex-Yougoslavie, en Lybie, en Ukraine ou fut interviewé par feu le journaliste Benoit Dusquene. Presque aussitôt, la faucheuse suit son pas, l'épargnant lui, mais pas ses interlocuteurs. En outre, il descend d'une famille qui s'est enrichie en exploitant, en important du bois précieux du continent africain, sur le dos des populations locales et de la planète (empreinte écologique oblige). Avouez que c'est accablant, non?

En tout cas, si les députés veulent faire honneur à leur rang, à ceux qui étaient à leur place durant la Révolution française, y compris durant la Terreur, ils se doivent de voter la reconnaissance de la Palestine. Et vite car la colonisation de ce pays par un Israël de plus en plus critiqué sur la scène internationale, malgré une impunité à son égard, grâce au soutien des États-Unis du reste, même si ces derniers commencent à se lasser du positionnement de Jérusalem à l'égard de Ramallah.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article